• CONTES ET LEGENDES DE CORSE : " La Fée du Rizzanèse "

     

     Contes et Légendes de Corse  

     

    La Fée du Rizzanèse

     

    Charles Amable Lenoir - Une nymphe dans la foret Tableau de Charles Amable LENOIR

     

    Vers  la fin du XVII è siècle  dans  le  village  d’ Olmiccia au domaine  de Tulono, le long duquel coule le « Rizzanèse », habitait le dénommé Poli. Un jour qu’il se promenait sur la berge, il s’ arrêta stupéfait. Au bord du trou, qui  plus tard, prendra le nom de «Tufone di a Fata  » ( le Trou de la Fée )  il vit précisément, une  fée.. Ignorant la présence du jeune homme, elle était en train de faire sécher sa lessive sur une  pierre.. Poli, de crainte  de l’ effrayer et de la voir s ’enfuir ne bougea pas et resta ainsi un long moment à l’ observer  , elle était si belle  .Il  revint  le lendemain , le surlendemain et  fit  de même durant plusieurs jours  sans jamais se faire entendre. Il observait la jeune fille dont il était en train de tomber amoureux. Or, un jour une idée saugrenue traversa son esprit , il désira faire d’elle sa femme  mais pour  se  faire, il devait la capturer. Il revint donc avec un filet et tandis  que la fée était occupée à démêler sa longue chevelure ,il lança promptement  son filet sur celle qu’il convoitait . Captive, il ne craint  plus  de lui déclarer  sa flamme  et la demanda pour épouse.. La fée  émue , accepta la proposition du jeune homme  à la condition  formelle,  qu’il ne cherchât  jamais à savoir  comment elle mangeait et buvait. Trop  heureux  de ce  consentement , Poli  accepta la condition et le mariage fut célébré . Il n’y eut dit-on  à  Olmiccia , épouse plus admirable. Elle donna à Poli ,trois filles et trois beaux  garçons  qui   firent sa fierté . Tout aurait  pu être parfait, si le démon  de  la curiosité  ne  vint un jour titiller cet heureux homme . En effet  durant toutes ces années, il avait remarqué, qu’ après avoir servi  le repas à sa famille, son épouse se retirait dans sa chambre en emportant les restes, mais jamais il ne céda à la tentation de la suivre, sauf ce  jour là, où ,n’y tenant plus, il  alla regarder par le trou de la serrure de la chambre.. Alors, Oh surprise ! il vit  que  sa  femme avait une ouverture dans le dos , par laquelle  elle absorbait  sa nourriture..  Poli venait d’assouvir  sa  curiosité mais de  ce fait  avait failli à sa  promesse. Surprise  en  son  secret , La fée  s’ écria  alors :

    « Hélas, tu viens de faire notre malheur ! »

    lls durent se quitter. Les enfants furent partagés  et  Poli choisissant les  trois garçons , la fée  disparut avec ses  trois filles. Sur le seuil de la porte , avant que de quitter le logis, elle  se  retourna et prédit  à  son mari : 

    « Fino  alla settisime  generazione, la  stirpe  dei  POLI  più de tre  barbe mai  generar non  potrà !   »
                        

       Traduction

    «  Dès lors, et jusqu’à la septième  génération, la famille  POLI  ne comptera parmi  les siens, pas  plus de trois  héritiers  mâles ! »                     


    Ces mots restèrent à jamais gravés dans les mémoires, car la fée ne s’était  pas   trompée et 

    l’ avenir le  prouva….
     

      Dominique

     

    « Jeu De LettresMes Poèmes : CONVERSATION ! »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 3 Août à 15:04
    LADY MARIANNE

    triste légende-
    mais la curiosité---il n'a pu résister---
    bonne journée- bisous-

    2
    Josette
    Vendredi 3 Août à 15:32
    Hélas les hommes ne savent pas tenir leur promesse
    Bonne journée depuis la Bretagne Dominique
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :