•  

    CROQUEURS DE MOTS DEFI N° 236

    J A Z Z I

    Qui nous donne :  

    ICI LES CONSIGNES 

    livre | le bon coté des choses 

    Je dois dire en préambule que
    Guy de MAUPASSANT
    Fait partie des écrivains que j'affectionne. 

    Tout ce qui est écrit en "BLEU" correspond à des TITRES de l'œuvre 
    de : Guy de MAUPASSANT

     

     

    " Monsieur De Maupassant"  

     

    Monsieur De Maupassant vous dont, j'admire l'œuvre, «Par un soir de printemps» accompagnée de «Deux amis» « Pierre et Jean » et  avec «Le Papa de Simon», j’étais venue me recueillir  sur votre tombe  dans le cimetière de Montparnasse, où vous reposez depuis le 7 juillet 1893. Je crus voir «La Nuit», au «Clair de lune», une « Apparition » « La Peur » me saisit alors . Ce n’était que «La Femme de Paul» «Madame Baptiste», «Une Veuve» qui dans sa «Solitude» était venue  sur « La Tombe » de son « Petit soldat » faire la « Confession d'une femme» pour «Une aventure parisienne» qu’elle avait eu « Jadis » avec « Le Garde» «Un Normand», un « Jour de fête » pour « Le Mariage du lieutenant Laré». Se remémorer ce «Souvenir» était  pour elle «L' épreuve» mais «L'Aveu», sur les «Conseils d'une grand-mère» «Madame Hermet», face à «Un Portrait» lui fit beaucoup de bien. Elle se souvenait de son époux, «Un sage» lorsque parlant d’elle il disait: «Ma Femme»!  Elle se souvenait également de leur «Voyage de noces» de leurs «Mots d’Amour», «Les Caresses» ; ils avaient vécu «Une Passion » « Une Vie» c’était « Le bonheur » «Une Histoire Vraie» ! 

    L’ «Idylle» avec «Ce Cochon de Morin » qu’elle imagina être sont « Bel-Ami » fut brève mais elle, «La bécasse» fut la proie de sa « Rouerie » il tomba «Le Masque » «Un Soir» «Aux champs». Ce fut bien «Le Diable»  qui la jeta «Au Printemps» «Au bord du lit» dans «La chambre 11» de «La Maison Tellier» pas «L’ Amour». Elle se souvenait encore de leur «Rencontre» elle savait elle, que c’était « Un cas de divorce » «Un drame vrai», dont elle garderait «L’horrible» «Regret» .

     


    15 commentaires
  •  

    CROQUEURS DE MOTS DEFI N° 236

    J A Z Z I

    Qui nous dit ceci :  

    Si vous voulez bien embarquer sur le navire, je vous propose pour le défi 236 

    Jeudi poésie pour le 30 avril
    Thème :  un calligramme ou libre

     

    J'ai opté pour le Calligramme

     

     LE  BAS  

    Pin-Up

    ξ♦♦ξ♦♦ξξξξ♦♦ξ ξ♦♦ξ ♦♦ξ  
    je suis le bas celui qui habille
    la  jambe des dames  et des
    ξ
    ξ ξ♦♦ξ ξ ♦♦ξ♦♦ξ♦♦ξξ ♦♦ξ
     jeunes filles en  toutes les
     circonstances que je  sois
     de  nylon, résille ou  soie
     en dentelle, transparent
     ou opaque,noir ou blanc
     couleur chair, je suis le
     bas qui de concert me
     lie à la jarretière p'tit
     accessoire si coquet
     maintenant de jolie
     façon sous l' jupon
     cette lingerie fine
     élégante qui  est
     l'apanage  sédui
    sant de la dame
    dès ma création
    je fus un symbole
    de séduction et de
    fantasmes car  tous
    les  hommes aiment
    que la  femme porte
    en toutes occasions
    cette  jolie note  de 
    charme   qui   vient
    savamment gainer
    le galbe du mollet
    et  les  agréables
     contours   d'une
     très jolie jambe
     la  femme elle
     lui   préférant
     le collant qui
     lui   ait  bien
     plus aisé à
     porter lui
     laisse de
     l’aisance
     dans le
     geste et
     si elle doit
     choisir face
     à ce dilemme
     qu'elle adopte
     alors dans ce
     cas sans
     aucun
     regret
     veste
     et pan
     talon
     W

     


    14 commentaires
  •  

     

    Liste des prénoms du mercredi 

    CHEZ JILL BILL 

     

     C A S T O R

               

     

    LES PRENOMS DU MERCREDI :  Castor !

                                       Simone de BEAUVOIR                CASTOR

     

    CASTOR ! Quel surnom singulier que le vôtre Simone. Je me permets cette familiarité et vous en demande excuses. J’ai toujours pensé que ce sobriquet que vous donnait Jean Paul SARTRE, duquel vous partageâtes la vie (vie certes singulière, s'il en fut ; mais là n’est pas le propos), aurait pu être dû à ce que physiquement, vous eussiez-eu les incisives surdéveloppées de ces petits castoridés ; mais, j’eus beau voir Simone, et ce sur maintes photos de vous, il n’en fut rien. Fut-ce peut être alors  parce qu’il était avec vous en symbiose ? Une sorte d'alter-ego, comme le furent les « Dioscures » fils jumeaux  de Léda et en ce cas, si vous eussiez été CASTOR, il eût été Pollux. Or, j’ai vite oublié cette théorie, votre couple étant non-conformiste et des plus libres. J’ai enfin pensé , que vous eussiez pu avoir «deux dents» contre votre compagnon, entre philosophes n'est-ce pas ? Allez-donc savoir, un ego surdimensionné chez l’un ou l’autre, puisque vos visions de la philosophie bien que proches n'étaient pas identiques ; alors de là à penser…? Ou bien peut-être, que vous fûtes, par moments, disons quelques peu « incisive » envers vos contemporains ? Mais non pas du tout, je me méprenais sur toute la ligne, si je puis dire ; car ce surnom de CASTOR dont vous affubla votre compagnon toute sa vie, ne tire son origine d’aucune de mes quatre hypothèses. Ce surnom vous fut donné alors que vous aviez vingt et un an, par *René Gabriel Eugène Maheu, un étudiant rencontré dans une bibliothèque et qui vous fit entrer dans son groupe d’amis au sein duquel se trouvait Sartre. Il vous surnomma ainsi, en raison d’une ressemblance entre Beauvoir et « beaver » qui signifie CASTOR en anglais. C’était aussi simple que cela !

     

    © Dominique


    19 commentaires
  •  

    Liste des prénoms du mercredi 

    CHEZ JILL BILL 

     

     Y O L E N E 

    LES PRENOMS  DU MERCREDI : Yolène

    Yolène la petite tyrolienne Yodle à en perdre haleine ce n’est pas une cantilène qu’elle égraine mais des vocalises hétérogènes que l’on pourrait croire rengaines mais bien loin d’être anxiogènes. Ce n’est pas pour elle aubaine, dans sa jupette de laine tous les soirs de la semaine, elle se démène en apportant par centaines à des énergumènes la boisson qu’ils trouvent amène, mais aux effets thermogènes dont ils emplissent leur bedaine.

     

    © Dominique


    12 commentaires
  • CROQUEURS DE MOTS DEFI N° 235

    MES  ANTIDOTES
    ( Dominique ) 

    POUR UNE EVENTUELLE PROPOSITION DE DEFI  

    Jeudi  Poésie

     

    LE  PORTE- PLUME

     

    CROQUEUR DE MOTS  Féfi 235 :  Le jeudi Poésie

     

    Je dors depuis longtemps dans un petit  coffret
    Tout au fond d’un tiroir auprès d’un encrier
    Dont l’encre s’est séchée sur les parois de verre
    Cette proximité  ne date pas d’hier….
    Souffrez que je retrace, le mot est bien  choisi
    Avant qu’on nous bannisse, ce que fut notre vie
    Il y a bien longtemps, nous fûmes un jour offert
    A  un petit garçon, pour son anniversaire
    L’enfant était studieux et le cadeau lui plut
    Se saisissant de moi il ne me quitta plus
    Je ressens sur mon corps, ses petits doigts crispés
    Qui traçaient  en tremblant  les pleins, les déliés
    Mais il prit peu à peu davantage d’assurance
    Et il m' utilisa  dès lors  avec aisance
    Sous mes lignes cursives  naissaient  dissertations
    Exposés, analyses, théorèmes  et  versions
    Puis avec les années, les mots se firent doux
    Et de ces mots d’amour, j’en écrivis beaucoup
    Plus tard  il me posa  au centre d’un bureau
    Et tandis que des gosses écrivaient au tableau
    A l’encre rouge, en marge, je notais leurs leçons
    Et le soir avec lui, rentrais à la maison
    Que de joies que de  peines au fil de ces années
    Je  dus, bien malgré moi, à quelques-gens causer
    Mon écriture se fit de  jour en jour plus lente
    La main qui me tenait redevenait tremblante
    Et je vis très souvent  mon sang se diluer
    Au  contact de ses larmes roulant sur le papier
    Après m’avoir posé, dans le petit coffret
    Un soir d'un pas très lent il alla  se coucher
    Et depuis se soir là, on ne le revis jamais
    Nous fûmes un jour saisis par une main puissante
     Qui vint nous projeter de façon malveillante
    Tout au font d’un tiroir, auprès de l'encrier
    Par un enfant, un jour, serons-nous réveiller ?

     

     © Dominique

     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique