• L'Epée

     

    Les chevaliers disaient que
    leur  " Epée" avait une âme

     

     

     
    Imaginons dès lors, qu’elle  fût  également dotée  de parole et qu’entre les  plus célèbres d’entre elles,  furent 
    échangé ces propos :

     



    Je me nomme
    JOYEUSE

     

    Et fus de Charlemagne la fidèle compagne

    Toujours à son côté ou au creux de sa main, j’ai fait maintes campagnes

    J’avais un tel éclat que les rangs ennemis en étaient aveuglés

    Et dans mon pommeau d’or, mon Roi fit enchâsser

    La pointe de la Lance, par laquelle Jésus  eut le flanc transpercé

     

    ♦ 

     

    Moi je suis DURANDAL

     

    Au nom de Roland je reste attachée

    Alors que Ganelon de sa mort fut la cause

    Mon Maître, jeune paladin, avant de trépasser

    Craignant qu’une   main   ennemie un jour sur moi se pose

    Préféra me briser en frappant le rocher

    Sous le coup asséné, ma lame résista

    Et ce fut le rocher qui en deux se brisa

            Grâce à l’aide divine je fus alors lancée

          A des miles du lieu, de par les Pyrénées.

            Et je vins me ficher en haut d’une muraille

              Laquelle porte encore en ce siècle la faille

     

    ♦   

     

    Et  moi  EXCALIBUR  

     

    Epée du Roi Arthur  

    Que Merlin quand mon Maître était encore enfant

    Eut  plantée dans un roc duquel tous les puissants

    S’évertuèrent en vain à tenter de m’ extraire

    Car il était écrit que je ne serai  brandie

    Que par le souverain de ce puissant pays

    Je le fus par l’enfant illégitime d’Uther

    Qui par la prophétie succéda à son père

     

     

    Mon nom est  TIZONA

     

    L’épée de Don Rodrigue

    Chevalier Castillan que l’on nomma : Le Cid

    Ma poignée et ma garde sont en cuivre doré 

    Et ma puissante renommée

    De tous les adversaires me faisait redouter

    Il me suffisait d’apparaître

    Pour qu’aussitôt naisse la crainte

     



     

    Je m'appelle  ASCALON

    Par la main  de « Saint Georges » j'ai terrassé le dragon 

     

     

     

    28 avril 2009 

     

      © Dominique

    « Le Vieux Piano Le Renard et les Pigeons »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :