• L'OEUVRE DETOURNEE : La Ronde De Nuit de REMBRANDT

      

     LA RONDE DE NUIT de REMBRANDT

    L'OEUVRE DETOURNEE :  La Ronde  De Nuit   de  REMBRANDT

    A vous qui, aujourd'hui au "Rijksmuseum" d’Amsterdam, êtes venus pour voir bon nombre de quidams et notamment ceux-là, sur cette toile nommée " La Ronde de Nuit que vous ne pouvez voir en intégralité car il ne reste de moi qu'une informe silhouette de l’œuvre que Rembrandt sur ma commande a faite en l’an de grâce mille six cent quarante-deux et qui me représente avec mes Mousquetaires cette milice en armes aux mines atrabilaires dont je suis capitaine. Mon nom est Banning Cocq, je figure en son centre fier comme un jeune coq. Je vous demande excuses, si en mon lieu et place, vous ne trouvez que vide au sein de la surface. Peut-être ignorez-vous que dans chaque musée, lorsqu’il est annoncé l'heure des fins de visites et que chaque badaud dehors se précipite ; figés en nos tableaux accrochés aux cimaises, dans les salles désertées nous nous mettons à l’aise. Tous ces êtres étant peints par des maîtres illustres, que les gens viennent voir depuis maints et maints lustres, tous, nous nous animons et nous quittons les toiles, alors que vous humains, sous une voûte d'étoiles, c’est à ce moment-là, que vous endormez. Nous sommes vous et nous, en tous points opposés. Je m'en suis cette nuit, aller faire ma ronde, compte tenu de son titre, n’était-ce pas là logique ?  J'ai rendu une visite à « La guilde des drapiers » hommes au visages austères et les ai salués, chapeau bas, jusqu’à terre. Puis je me suis rendu auprès de "La laitière" de Johannes Vermeer charmante et délicate, elle m'offrit du pain et du lait de sa jatte, ensuite j'ai erré dans l’immense dédale, les talons de mes bottes résonnant sur les dalles, je m'entendis héler avec hilarité  c’était le  "Joyeux Buveur" déjà bien  éméché. Nous avons maintes fois en l'honneur du peintre Hals entrechoqué nos verres d'un breuvage cordial et jusqu’au petit jour trinqué à sa mémoire. J'avoue qu'après cela, la mienne eut bien du mal à retrouver le chemin. De plus ayant vidé moult chopes de bière, j’eu…un besoin pressant à satisfaire et par voie d’enchaînement, je n’ai pu arriver à temps ma place en cette toile qui vous fait face. Vous me voyez contrit ! Vous parlez d'une déveine que de n'avoir pu reprendre la place qui est mienne. Imaginez Messieurs, Dames, pour le Bourgmestre D’Amsterdam que je fus au temps de Rembrandt, que me trouver ainsi hors de mon contexte, cela me vexe et que c'est humiliant. Oserais-je braves gens, vous demander de vous retourner afin que je regagne ma place ? Je n’ai comme vous le voyez que le cadre à enjamber pour remédier à ma disgrâce.

    © Dominique

    « CROQUEURS DE MOTS Défi 236 ROUSSELUNE »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 8 Mai à 13:24

    J'ai aimé regarder ma nuit au musée, un temps où les personnages prennent vie... comme ici, et se sentir à nouveau vivants et triquant ;-)

    2
    Samedi 9 Mai à 07:50

    Bonjour Jill, 

    Heureusement que l'imagination elle, ne soit pas confinée yes (bien que le moral ne soit pas  au beau fixe cela aide malgré tout ).

    Bises Jill et beau Week-end

    Dominique

    3
    Samedi 9 Mai à 17:57

    Bonsoir Dominique,

    Tu as bien des talents : de l'imagination, de la culture et de l'humour, un bien précieux en cette période !

    BRAVO Dominique et gros bisous.

    Annie 

      • Dimanche 10 Mai à 07:52

        Bonjour Annie,

        Tu me prêtes beaucoup de qualités,c'est très gentil et je t'en remercie mais je ne sais si je les mérite. L'imagination je suis d'accord, j'en ai même trop je crois,l' humour c'est possible,quant à la culture, sans fausse modestie, j'en suis moins sûre smile , cependant  je m'intéresse  à tout et j'aime beaucoup de choses,ceci explique peut-être cela ?

        Bises et beau dimanche Annie

        Dominique

    4
    Dimanche 10 Mai à 14:16

    Bravo superbe texte et une excellente façon de parler de ce tableau et des personnages qui la composent .  Je serais curieuse de savoir comment se comportent  les tableaux du centre Pompidou Metz après deux mois sans aucun visiteur . Je me demande si l'exposition prévue à partir du mois de mai d'Yves Klein , le ciel comme atelier , a été mise en place malgré tout . 

    Bon dimanche 

    Bises 

      • Dimanche 10 Mai à 17:15

        Bonsoir Gisèle, 

        Je te remercie ! Ravie si cela a su te plaire. smile

        Belle fin de dimanche également

        Bises

        Dominique

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :