• LE PECHEUR

    Le Pécheur

     

    Les vents avaient porté son trop léger esquif
    Sur une mer houleuse au ressac destructif
    Et le Ciel ayant pris la couleur des Enfers
    Sous la pluie diluvienne s’illuminait d’éclairs
    L’homme qui était parti très tôt au jour levant
    Luttait en permanence contre les éléments
    Cette mer qui lui fut longtemps hospitalière
    Prodigue, généreuse emplissant ses filets
    Brusquement contre lui déclenchait sa colère
    Et rien lui sembla-t-il n’aurait su la calmer
    Mais qu’avait-il donc fait de mal, de pernicieux
    Pour attiser ainsi l’acrimonie des Dieux
    Il luttait constamment, sans une interruption
    Pour que ne soit drossé la frêle embarcation
    Que les lames poussaient avec acharnement
    Comme fétu de paille sur la ligne de brisants
    L’homme lutta ainsi jusqu’au petit matin
    Mais hélas toute  fouge tout effort furent vains
    Le flot tumultueux catapulta l’esquif
    Qui vint se disloquer en frappant les récifs
    Avant que de sombrer dans les sinistres eaux
    A demi inconscient le pécheur jeune et beau
    Vit un être ondoyant s’approcher de l’épave
    Le corps d’un blanc laiteux, la chevelure d’or
    Qui par un long baiser langoureux et suave
    Vint lui ôter la vie, scellant ainsi son sort

                            

        © Dominique BONAVITA           

     

         

    « STELLA !Mes Dessins : Victor HUGO »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 25 Novembre 2016 à 09:43

    Une profiteuse de tempête cette... sirène, allons bon ! Sans rire, la mer aussi bonne que méchante quand l'envie lui prend, et dessus nous ne sommes que ses jouets !!! Bises

    2
    Vendredi 25 Novembre 2016 à 13:44

    Superbe poème qui n'est pas sans me rappeler la Lorelei en ce qui concerne le récif .  La mer et l'homme une histoire d'amour depuis la nuit des temps , passion qui peut se révéler destructrice bien des fois .

    Bises 

    3
    Vendredi 25 Novembre 2016 à 14:00
    Josette

    La mer est parfois cruelle et amère quand elle prend les traits d'une sirène donnant son baiser mortel

    je te souhaite une belle journée Dominique

    4
    Vendredi 25 Novembre 2016 à 20:36
    colettedc

    Oh ! La mer faucheuse de vie !  Magnifiquement écrit Dominique ! Bonne fin de ce jour ! Bises

    5
    Dimanche 27 Novembre 2016 à 17:14

    Un très beau récit, la mer est souvent cruelle avec ceux qui l'aiment.

    6
    Mardi 13 Décembre 2016 à 20:03

    Bonsoir chère Dominique,

    En tant qu'ancienne fille de marin comment ne pas être sensible à ce conte en vers sur le monde des sirènes ? BRAVO !

    Je déménage le 22 et j'aurai les clefs de ma nouvelle maison ce week-end Dominique. Je te donnerai ma nouvelle adresse au moment des vœux sans doute quand j'aurai internet !

    En attendant je te souhaite une agréable fin de mois de décembre.

    Gros bisous.

    Annie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :