• LES COMMERES REFONT L'HISTOIRE Suite (III)

    LES COMMERES 

    LES COMMERES REFONT L' HISTOIRE

     

    LES COMMERES REFONT L' HISTOIRE

     Garance (à gauche) est aussi entière et caustique
    Que  Léonie (à droite) est effacée et naïve

     

    Léonie : Dites Garance, j’sais ben que vous étiez dans la colère l’aut’jour quand on est parti  de la Livrothèque, mais j’vous promet, que si on y r’tourne encore,  je f’rais  tout bien. J’fermerai ma bouch’ et j’ouvrirai  ben mes oreilles. Allez on y r’ tourne dites ?  Ca m’fera  tèl’ment plaisir, j’y prend goût à l’Histoire savez ? Et vous parlez tèl’ment bien, oh que oui, vous parlez  bien Grance !

    Garance: Vous m’passer de la pommade là ou j’me trompe ? On vous a jamais dit que l’ mieux était l’ennemi du bien ? Alors n’en faites pas trop  tout- d’même ! J’veux bien qu’on y retourne à la « Bibliothèque » mais faites gaffe hein !

    Léonie : J’me souviens même où qu’on s’est arrêté alors !  A la naissance d’un p’tit Aiglon voyez ben qu’ ça m’intéresse !

    GaranceZalez pas en faire tout un fromage non ? C’est bon  on y r’ tourne

    (Le temps de se rendre à la bibliothèque et de se procurer le livre adéquat)

    Garance:  (Cherchant  de nouveau, l’écrit relatant la naissance de l’Aiglon) V’ la  j’y suis ! Le 20 mars 1811 arrive en ce monde dans la Palais de Tuileries à Paris ; Napoléon, François, Charles, Joseph…

    Léonie (L’interrompant ) Hé ben le Napoléon quat’ d’un coup  faut l' faire dites ! Lequel c’est des quatre, l’Aiglon ?

    GaranceMais enfin godiche ! Ya qu'un seul enfant qu'est né ! C’est seulement qu’il avait quat’ prénoms v’la tout !  Napoléon l’prénom d’son père, François et Charles ceux d’ses deux grands-pères et Joseph c’lui d’son parrain. Mais l’accouchement s’était ben mal passé qu’on dit, alors les docteurs ont demandé s'il fallait choisir, s'ils devaient sauver la mère ou l’enfant, l’empereur l’a répondu : " La mère  évidemment, ne pensez qu’à la mère " ! Il était tell’ment amoureux d’sa pt’ite Autrichienne.

    Léonie : Oh c’est beau l’amour tout d'même hein! On a pas connu ça nous ?   

    Garance: Non mais d’quoi j’me mêle ? Parlez pour vous hé !  Quand j'étais jeun' j'étais belle dites, avec des formes généreuses là où il fallait !

     Léonie : Entrez pas dans la colère Garance ! Même si elles sont pu où il faudrait,  vous les avez toujours les formes, vous bilez pas  !

    GaranceC’est quelqu'un de très connu qui bien plus tard, a donné le surnom de l’Aiglon au fils de Napoléon, qu'on appelait l'Aigle !  Savez  pas qui c’est ? J'me doute ben, j’savais pas non plus pour tout vous dire !   Allez un p'tit indice : Un grand poète qu'avait l’front dégarni, les ch’veux blancs et la moustache  blanche !

    Léonie : J'sais , Georges Brassens !

    Garance: Ah elle est bien bonne cell'- ci ! J'vous ai pas dit qu'il fumait la pipe et qui jouait d'la guitare non ?  C’est Victor Hugo !  En 1835 dans son poème "Napoléon II" ! Bon c’était une parenthèse, on continue. Napoléon a donné à son fils, le titre de « Roi de Rome ». La foule était en liesse à c’qui paraîtrait. Partout on sonnait les cloches  pour saluer la naissance de l’héritier Impérial.

    Léonie : J’comprends pas bien, l’aurait dû être content d’avoir un fils Napoléon et au lieu de ça, v’la- t-y pas , qu’y fait attacher la foule  et qui lui sonne les cloch' !   

    GaranceMais qui vous a dit à vous qu’il a fait attacher la foule ? L’a jamais été attachée la foule non mais !

    Léonie : Vous avez dit la foule était en liasse, chui pas sourde dites !  

    Garance: J’ai dit en liesse, pas en liasse. Toute la foule était gaie si vous  préférez !

    Léonie : Tout’ la foule ?  Ho ! Hommes et femmes tous gays. Y avait donc pas de taureaux sensuels à c’tte époque là alors ? Et ben on a rien inventé dites-voir ! 

    GaranceJ’me disais aussi ! Y un moment qu’elle à pas moufter l’aut’. Eh ben c’est fait ! Vous m’avez coupé l’fil je sais plus où j’en suis !

    Léonie :Oh chui confite ! Excusez-moi d’vous demander pardon Garance, je vais tenir ma langu'à présent ! 

    Garance: Z'avez intérêt  sinon c'est moi qui vais vous la t'nir !

    Léonie: Mais j'pourrais tout d'même vous poser des questions hein ?

    Garance: Si elles sont pas idiotes j'dis pas non !  J'continue. Mais l'pauv' gamin, il était pas appelait à régner.

    Léonie: Ah ben tant mieux ! Avec quat' prénoms qui l'avait déjà pas besoin d'un cinquièm' .En pus, Araignée c'est pas beau !

    Garance: (Lui jetant un regard en coin, mais ne relevant pas la sottise  repris la lecture)

    Après la défaite de Waterloo, Napoléon abdiqua le 22 juin 1815 en faveur de son fils, qui vivait en Autriche et le proclama  Empereur des Français sous le nom de: Napoléon II, mais sa volonté ne sera jamais respectée. Le règne  du très jeune empereur ne dura que deux semaines car Louis XVIII, soutenu par les armées ,prends le pouvoir. La Royauté  est rétablie…  C'est la fin de l'Empire !

    Léonie: Oh ! Et qu'est-ce qu'il est devenu Napoléon II alors.

    Garance: Son grand-père maternel qui était l' Empereur d'Autriche et le frère de Marie-Antoinette, donc beau-frère de Louis XVI; Nomma Napoléon II qui vivait avec sa maman en Autriche : Duc de Reichstadt.  Il vivra dans ce pays, sans jamais revoir son père et, il y est mort le 22 juillet 1832  âgé d'à peine 21 ans.

    Léonie: Oh Non c'est pas just' ! Ca m' fait beaucoup de peine savez ? Chui ben triste. Pauv' enfant ! Eh ben puisqu'à pu d'Empire , on peut rentrer, l' reste ça m'intéress' pu  voilà !

    Garance: Soyez pas si triste, oui Napoléon II  s'en est allé  très jeune, bien trop jeune, mais Napoléon III va arriver !

    Léonie: Ah l' avait un fils alors ?

    Garance: Non l'avait pas d'fils ! Mais l'avait un cousin germain.Alors si vous voulez qu’on poursuive sur le Second Empire, on poursuit ; mais alors va falloir que vous preniez quelques notes pour pas vous perdre en route hein ! Parce qu’ ça va être un véritable écheveau au début !

    Léonie: Ah ben oui qu’ je veux, j’ai mon carnet ,mon crayon, ma gomme, j’ai rien oublié. l’cheval a qua ben s’tenir ?

    Garance: Z’êtes prête ? C’est parti ! Alors le cousin germain de Napoléon II il s’nommait : Charles-Louis-Napoléon Bonaparte et il était l’ fils de Louis Bonaparte, un des frères cadets de Napoléon Ier et donc son neveu. Mais où ça s’ Corse Aah... hiii…Hiii… Non ? Rien ? R’marquez j’men doutais un peu ! Alors on r'prend où ça s’emmêle, c’est que Louis, il avait épousé Hortense de Beauharnais, la belle-fille de Napoléon par son premier mariage  avec  Joséphine. Alors il était en même temps, son frère et son beau-fils ! Ca-va, jusque là, vous avez l'temps d'écrire.

    Léonie: Oh ben oui, mais si j’savais écrire en Stéréo,  savez ces petits signes ?  Ben ça irait mieux !  Mais .....V'la j’y suis, pouvez continuez !

    Garance: J'crois ben qu' pour aujourd'hui,c' est assez pour vot' p'tite tête. Il faut que tout ça, arrive jusqu’à vot' cerveau et comm' y a pas mal d’embouteillage là d'dans , on va attendre qu' ça se décante. On reviendra pour la suite !

     

    © Dominique

     

    « LES CROQUEURS DE MOTS Défi : 232MES POEMES : La Mendiante »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Mars à 07:07

    Ah les boyaux de la tête, faut jamais bercé un bébé près d'un mur, pauvre Léonie va ;-) bises

      • Jeudi 5 Mars à 09:42

        Bonjour Jill, 

        Je présume que c'est en effet, ce qui a dû se passer pour Léonie ! yes

        Belle journée

        Bises

        PS: Je ne peux laisser de commentaire chez toi !

        Dominique

    2
    Jeudi 5 Mars à 09:52

    Oui j'ai vu cela... un beau bug, que j'ai signalé.... et pas partout à voir, je parle EK...

    3
    Jeudi 5 Mars à 11:45

    Toujours aussi savoureux le dialogue des deux commères .

    Ah oui pour Napoléon III il y a un sacré écheveau dans la généalogie .

    Bonne journée 

    Bises 

      • Jeudi 5 Mars à 17:07

        Bonsoir Gisèle,

        Merci de suivre assidûment les aventures de ces deux commères si dissemblables.smile

         C'est pourquoi Garance prend un peu de temps afin que Léonie assimile, car  la suite s'enchevêtre aussi quelque peu.

        Bises

        Belle fin de soirée

        Dominique

    4
    Jeudi 5 Mars à 17:37

    Pauvre Léonie qui désire tant apprendre et se fait rabrouer par Garance. C'est vrai qu'elle l'agace peut-être un peu. C'est de cette manière qu'on peut comprendre le travail des profs, non ?

    Bonne soirée Dominique

    5
    Jeudi 5 Mars à 17:47

    Je suis comme Léonie, j'ai u mal avec le blog. Surtout, je ne lis jamais tout ! trop  pressée. Donc, j'ai voulu, cette fois, ajouter mon adresse mail avant d'envoyer et je suis restée avec mon commentaire (j'étais pour écrire : comme deux ronds de flan).

    Je trouve Garance un peu sévère avec Léonie qui veut enrichir son savoir. Bien sûr qu'elle n'est pas trop futée.

    Je me demande où tu vas chercher ces remarques, c'est tellement savoureux.

    Bonne soirée

      • Vendredi 6 Mars à 08:37

         

        Bonjour Pimprenelle, yes

         

        Je crois qu'en ce moment la blogosphère faits des siennes !

         

        Tu trouves Garance sévère, c'est son caractère caustique et entier qui ne cesse de s'exprimer, face à celui naïf de Léonie, mais c'est souvent, que l'on retrouve deux caractères diamétralement opposés dans les duos. Comme Laurel et Hardy ou les Vamps, pour ne citer que ceux-là sans pour autant comparer  leurs dialogues aux miens  évidemment !smile C'est cette divergence, cette opposition qui provoque l'effet. Mais malgré cela l’une et l’autre s’aiment bien !

         

        Bises

         

        Dominique

         

    6
    Vendredi 6 Mars à 05:11
    colettedc

    Comme c'est agréable de te suivre avec ces deux là, Dominique ! C'est tout à fait super !

    Bon vendredi,

    Bisous♥

      • Samedi 7 Mars à 11:01

        Bonjour Colette, 

        C'st extrêmement gentil de ta part  de suivre ainsi, les aventures de ces deux commères et je t'en remercie !

        Je te souhaite un doux Week-end

        Gros Bisous

        Dominique

    7
    Vendredi 6 Mars à 09:30

    Bonjour Dominique,

    Merci pour ces sourires en cette période si triste d'actualité et de climat !

    Vive les "primevertes" comme dirait Léonie !!!wink2

    Je t'embrasse.

    Annie

     

      • Samedi 7 Mars à 11:15

        Bonjour Annie, 

        C'est à moi de te remercier. Tu suis assidûment ces aventures- là , et cela me fait très plaisiryes

        Crois-tu ? Cela me détend par les temps qui courent, que de faire dire de telles bêtises à Léonie.  Durant ce temps, je ne pense pas à tout ce qui est grave dans notre pays et de par le monde.

        Je t'embrasse et te souhaite un bon Week-end

        Dominique

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :