• Mes Fables : L’Aveugle et les Bougons

     

     

    L’Aveugle et les Bougons

     

    Sur un long banc de pierre un aveugle vint s’asseoir
    Ignorant se trouver tout près d’un auditoire
    D' hommes qui comme lui étaient venus chercher
    Sur ce siège le repos après un long trajet
    Le non voyant alors, s’adressant à son chien
    Lui dit:  Viens mon Médor, ici nous serons biens 
    Pour reprendre des forces et boire quelques gouttes
    Avant que de reprendre le cours de notre route !
    C’est alors que les hommes semblant ne point les voir
    A refaire le monde se mirent en devoir
    - Avez vous constaté dit l’un, ces constructions
    Qui poussent de nos jours comme des champignons
    Qui nous privent dit un autre des îlots de verdure
    Et de tout agrément qu’offre aux yeux la nature
    Notre vie désormais est faite de béton
    Les petits pavillons laissant places aux bâtisses
    Il n’est tout alentour que de grands édifices
    Ne pourrait-on cesser cette dégradation
    Et je ne parle pas de l’inconscience humaine
    Qui veut que, quel que soit l’endroit où l’on promène
    Il se trouve toujours des décharges sauvages
    Pour déplaire à la vue, gâcher le paysage
    L’aveugle qui malgré lui entendit le dialogue
    S’adressa en ces termes à ces fins " psychologues "
    Excusez-moi Messieurs, pour mon inconvenance
    D' enfreindre ici les règles de toute bienséance
    En m’immisçant ainsi à la conversation
    Sans en avoir de vous reçu l’invitation
    Mais si vous permettez, souffrez alors que j’ose
    Dire que j’aimerais voir, ce qui vous indispose
    Le destin a voulu me priver de  vision
    Je n’ai vécu  dès lors que d’imagination
    Mon quotidien n’ayant que des formes factices
    Je ne sais ce que sont béton ou édifices
    Décharges, champignons pavillons et bâtisses,
    Car je  suis de naissance immergé dans le noir
    Tout me semblerait beau si l'on m'offrait de voir
    Ne fut-ce qu’un instant, voire quelques secondes
    Pour me faire une idée de ce qu’est notre monde   

     

    Sachons raison garder face au superficiel
    Quant il est tant de gens privés de l’essentiel !


     © Dominique

     

    « Mes Poèmes : Apprentissage !LES CROQUEURS DE MOTS: Défi N° 168 »

  • Commentaires

    1
    Mardi 17 Mai 2016 à 10:07

    Perdre la vue est je pense plus terrible encore que l'ouïe, que Dieu nous en préserve... merci Dominique, bises

      • Mardi 17 Mai 2016 à 11:53

        Bonjour Jill,

        C'est atroce en effet ! Mon grand-père hélas l'est devenu , il n'avait pas  cinquante ans. Maman me disait toujours combien ce fut terrible .

        Bises et belle journée

        Dominique

    2
    Mardi 17 Mai 2016 à 10:57

    Bravo Dominique. Tu excelles dans la fable. Toujours bien écrite. En plus cette fable est d'actualité. Ceux qui manifestent en France devraient la lire, on est pas si malheureux que cela, on est même des privilégiés, un peu moins qu'avant alors on manifeste, on casse.... Belle journée

      • Mardi 17 Mai 2016 à 11:55

        Bonjour Martine, 

        Combien c'est gentil de ta part que de venir déposer des coms. J'espère que tu vas aussi bien qu'on peut aller et je t'embrasse bien fort.

        Douce journée !

        Dominique

    3
    Mardi 17 Mai 2016 à 15:02

    C'est une bien jolie fable, il est plus facile de se plaindre que de savoir apprécier ce qu'on a.

      • Samedi 21 Mai 2016 à 10:40

        Bonjour Solange, 

        Je te remercie !

        En effet, si l'on pensait davantage aux autres et moins à sa petite personne, on se rendrait compte que l'on a souvent tort de se plaindre, cependant, nous ne sommes que des humains et ceci explique bien cela !

        Bises

        Dominique

    4
    Mardi 17 Mai 2016 à 17:13
    colettedc

    Magnifique fable Dominique ! Oui, on se plaint, et on a tout ! Pauvres de nous ! Bonne et belle soirée à venir !

    Bises♥

      • Samedi 21 Mai 2016 à 10:47

        Bonjour Colette, 

        Merci beaucoup, ravie qu’elle ait su te plaire !  L’être humain est ainsi fait, qu’il n’arrive même pas  à se trouver privilégié lorsque sa santé est bonne, il  a tendance à croire que cela est un dû  et se soucie de choses plus qu’insignifiantes.

        Bises

         

        Dominique

    5
    Mardi 17 Mai 2016 à 20:25
    LADY MARIANNE

    une belle fable et sa morale-
    oui c'est terrible de ne plus voir- même si on développe l’ouïe-
    pire les aveugles de naissance qui ne connaissent pas les couleurs---
    bonne soirée- bisous-

    jeu pour dimanche - au cas où-

    http://www.ma-chienne-de-vie.com/2016/05/le-petit-jeu-de-lettres-65.html

      • Samedi 21 Mai 2016 à 10:54

        Bonjour Lady, 

        Merci  !  En effet, comment ces pauvres personnes peuvent- elles se représenter le monde dans lequel elles vivent, n’ayant aucun repère comparatif, c’est terrible !  

        Bises

         

         

        Dominique

    6
    Vendredi 20 Mai 2016 à 14:40
    Josette

    Dominique ta fable est hélas courante que ce soit devant l'aveugle ou le misérable les bougons sont "aveuglés" par leur vie privilégiée.

    Un grand bravo

    Je te souhaite une belle fin de semaine

      • Samedi 21 Mai 2016 à 11:00

        Bonjour Josette, 

        Le monde actuel est en manque total d’empathie  et terriblement nombriliste. Pourvu  qu’ils aient le nécessaire et pourquoi pas le superflu, peu se soucient de ceux qui n’ont rien et c’est bien triste !

        Bises

         

        Dominique

    7
    Mercredi 1er Juin 2016 à 20:16

    Une belle leçon  de vie! On se plaint souvent sans regarder son prochain!

    Bonne soirée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :