• Mes Poèmes : France !

     

    Mes Poèmes : France !

    FRANCE 

     

    France !   Mère  Patrie
    Pays où je suis née
    Je voudrais tant qu'on t'aime
    Comme je t'ai aimée
    France de Montesquieu , de Voltaire , de Rousseau
    France de  d' Alembert, France de Diderot
    Pays des « Droits de l' Homme » du « Siècle des Lumières » 
    Où chacun s'exprimait dans la langue de Molière
    Grand Dieu !   Que t' a-t-on fait  ?
    Dans les conversations,  de nos jours l'on n'entend
    Que l'emploi  d'anglicismes ,que  formules en Verlan ,
    A la femme qu'on chérit, on ne dit plus : Je t'aime !
    P
    ourtant le verbe « Aimer » , rime en chaque poème

    Dans un néologisme, aussi laid  qu'il est neuf
    On dit tout  simplement : Je la  Kiffe cette Meuf   !
    Et lorsque on est en groupe, qu'on part et  s'en détache
    On n'dit plus: Je vous quitte !   Mais plutôt: Je m' arrache !
    Vous Pays francophones qui vous évertuez

    A toujours employer un Français épuré
    Vous devez  bien sourire, face à l' aberration
    D'une langue  bafouée  par sa propre  Nation
    Pères de la  « Pléiade » de  Ronsard  à  Belleau
    Vous devez tressaillir au fond de vos tombeaux
    Pauvre FRANCE ! 
    Il n'est pas seulement que tes mots, qui aient changé
    Mais ton sens des valeurs , Morale, Charité
    Qu'on enseignait en classe, de façon quotidienne
    L'écrivant au tableau, pour que l'enfant l'apprenne
    Mais tout est désormais aboli , périmé ,
    Les usages, la vertu, y compris le respect
    Envers les enseignants, comme envers les Aînés
    FRANCE de ma jeunesse, je ne te reconnais plus
    J' éprouve de la peine. Non , que je ne t'aime plus !
    Je t'imagine un peu ; Vieille Dame aux abois
    Abandonnée, aux mains de  gens qui la rudoient
    L'on se prévaut de toi,  pour tirer avantages
    Mais au moindre prétexte, on ternit ton image
    Souvent, je m'interroge, me posant cette question:
    D'autres que moi, font-ils cette constatation ?
    Et par cela, sont-ils comme moi, attristés  ?
    Car, même la nostalgie… n'est plus ce qu'elle était !


      
    © Dominique

     

    « Mes Poèmes : Dame Nature !Mes Poèmes : Toi ! »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 26 Octobre 2016 à 10:09

    Ah que dire après toi chère amie de France, tout fout l'camp, cette vie a t'elle encore du bons sens et tout et tout, on se pose la question, un peu partout, bises

      • Dimanche 30 Octobre 2016 à 09:48

        Bonjour Jill,

        En effet tout fout l'camp !  Tout est si illogique, si aberrant que l'on a l'impression que le monde marche sur la tête. frown

        Beau dimanche

        Bises

        Dominique

    2
    Mercredi 26 Octobre 2016 à 11:15

    Bonjour chère Dominique,

    Tout est dit et bien dit !cool

    C'est pour cela que j'avais écrit un poème sur la baiser... Tu devines le pourquoi !frown

    Eh oui moi aussi j'ai connu les leçons de morale que nous retenions jadis !yes

    MERCI ! MERCI de réhabiliter nos valeurs qui se perdent et gros bisous.

    Annie

      • Dimanche 30 Octobre 2016 à 09:58

        Bonjour Annie, 

        Je te remercie ! Comme d'habitude tu es très indulgenteyes 

        Comme tout  "ancien" , j'ai de la peine de voir que toutes les valeurs, les vertus se dissolvent petit à petit dans un monde que je reconnais plus. frown

        Gros bisous et belle fin de dimanche !

        Dominique

    3
    Mercredi 26 Octobre 2016 à 11:52

    Oups ! Juste - Beau - Vrai - Je le fais connaître à mes amis, et je le garde en référence. Respects. BA. LB.

      • Dimanche 30 Octobre 2016 à 10:01

        Bonjour Léo, 

        Ton enthousiasme, ce dont je te remercie, me flatte et me touche  !

        Bises Amicales également !yes

        Dominique

         

    4
    Mercredi 26 Octobre 2016 à 14:51

    Vibrant plaidoyer pour cette France qu'on aime , celle des philosophes des poètes et des artistes , tristesse oui de voir bafouer son image et ses valeurs .

    Bises 

      • Dimanche 30 Octobre 2016 à 10:10

        Bonjour Jazzy, 

        France que nous aimons et pour laquelle hélas, nous ne pouvons plus grand-chose.

        Bises et belle fin de journée.

        Dominique

    5
    Mercredi 26 Octobre 2016 à 19:51
    colettedc

    Superbes tes mots, Dominique ! 

    Bonne soirée,

    Bises

      • Dimanche 30 Octobre 2016 à 10:13

        Bonjour Colette, 

        C'est infiniment gentil. Je te remercie !!yes

        Beau dimanche

        Bises 

        Dominique

    6
    Mercredi 26 Octobre 2016 à 22:21
    Josette

    Quel magnifique plaidoyer  pour la France et le français Dominique.

    souvent je me demande à quel moment quelque chose m'a échappé, comme je ne vois pas les aiguilles de la montre avancer je n'ai pas vu la société changer et je ne me sens plus de ce monde  !

    parler famille, histoire...c'est très mal vu et pourtant ! 

      • Dimanche 30 Octobre 2016 à 10:17

        Bonjour Josette,

        C'est trop gentil. Merci beaucoup ! 

        Je ne pense  pas que cela puisse te consoler, mais je ne me sens plus non plus de ce monde, j'ai l'impression parfois  d'avoir été parachutée sur une autre planète.

        Belle fin de journée

        Dominique

    7
    Mardi 13 Décembre 2016 à 12:20

    Bonjour,

    Cet amour pour la France est magnifique. Et exprimé avec le cœur, ça se ressent à la lecture, un cri d'amour un peu désespéré... 

    Pourtant, je crois que c'est non seulement la France mais le monde entier qui change. Nous sommes à la charnière entre deux genres d'époque, j'en suis convaincu. 

    Personnellement, je ne pense pas (sincèrement) que c'était mieux avant. Notre France évolue. Il faut continuer à l'aimer ainsi et à l'aimer encore, peut-être même davantage. La France de demain ne peut pas être celle d'hier, car cela voudrait dire que les générations n'inventent plus rien, ce qui est faux. Car cela voudrait dire que la France était vouée à être figée, ce qui est faux. On a longtemps eu l'habitude de la voir d'une certaine manière, et c'est peut-être troublant de constater sa mutation, mais celle-ci était inévitable, surtout dans un monde globalisé où les distances sont rapprochées par les ondes d'Internet. 

    Pour ce qui est du vocabulaire, c'est sûr que ce n'est pas très joli de dire à une femme ou à un homme "je te kiffe". Ce n'est pas très joli AUJOURD'HUI. Mais dans un siècle ou deux ou trois, ce verbe-là sera peut-être LE verbe qui remplacera "aimer", il y a fort à parier que le dictionnaire se transformera. C'est comme ça, la langue aussi évolue. Il existe des tas et des tas de mots qui sont tombés en désuétude totale, qui couraient dans les rues au cours des siècles passés, qui sont complètement inusités de nos jours, oubliés, voire inconnus, ou carrément ont disparu des dictionnaires. Qui s'en émeut ? Personne. Seuls les gens qui vivaient à ces époques-là, s'ils pouvaient revenir, seraient outrés d'entendre que la langue qu'ils ont connue n'existe plus.

    Le français n'est pas mort. Pas comme le latin. Le français est une langue vivante, qui va connaître encore et encore des métamorphoses, et ne restera pas après nous tel que nous l'aurons connu. Notre époque ne sera pas grand-chose dans l'immensité de l'Histoire de France.

    La France continue son chemin, sa route. Elle fait partie des grands pays du monde et beaucoup nous l'envient. Je constate les mutations qui la secouent. Parfois, celles-ci me déroutent au premier abord, oui, mais ce pays n'est pas un musée qui doit, ad vitam aeternam, se reposer sur ses lauriers que furent Diderot, Montesquieu, Voltaire et les autres. Il faut accepter les changements car ils ne sont pas fictifs et on ne peut les arrêter. La France continue d'inventer de nouvelles références (encore faut-il ouvrir les yeux, les oreilles, l'esprit, pour les voir, les entendre, les comprendre). Sans JAMAIS renier les anciennes, s'ouvrir aux nouvelles, c'est comprendre un peu mieux notre France aimée d'aujourd'hui, qui ne mérite pas qu'on l'aime moins, encore moins qu'on lui tape sur le dos ou la dénigre en permanence.

    Désolé d'avoir écrit un peu trop longuement, mais la France est un sujet qui m'inspire toujours, un pays que j'aime profondément, tel qu'il fut, tel qu'il est, tel qu'il sera. Car ce pays sera toujours le mien, celui de mon cœur, de mon histoire, de ma vie, et je le défendrai toujours.

    Bel après-midi.

    FP

     

     

      • Mardi 13 Décembre 2016 à 14:35

        Bonjour Fabrice, 

        Le moins que l'on puisse dire , c'est que notre vision des choses et des idéaux est diamétralement opposée, peut- être cela est-il dû à ce que l'on nomme le conflit des générations, bien que ne connaissant pas la vôtre. Votre  plaidoyer pour soutenir ces néologismes est certes respectable mais il ne me convainc absolument pas.

        Je vous cite : Qui s'en émeut ? Personne. Seuls les gens qui vivaient à ces époques-là, s'ils pouvaient revenir, seraient outrés d'entendre que la langue qu'ils ont connue n'existe plus.

         Mais moi  Grand Dieu !! Et sans dire que je parle le "vieux François" puisque étant née au XXe siècle, j'aime dire que je parle le Français appris dès mon plus jeune âge et que je ne peux absolument pas concevoir que lui soit porté atteinte. Que le Français évolue dans le bon sens est incontestable et j'approuverais, mais hélas le moins que l'on puisse dire,c'est que ce n'est pas le cas de nos jour.  Lorsqu'un jeune homme, voire une jeune fille, interpelle une personne du sexe féminin en disant :Eh Meuf ! ou parlant de ses parents: Daron (utilisé au XVIIe et signifiant alors maître de maison)  ou Daronne.... Ah quelle distinction, ah quel signe d'évolution de la langue française !!! 

        Mais après tout, chacun a le droit de penser ce qu'il veut et je vous reconnais celui-ci.

        Bel après- midi. 

        Dominique

         

         

    8
    Leo Biot
    Mardi 13 Décembre 2016 à 13:48

    Bien dit. Bien écrit. Bien pensé. J'adhère. La remarque est juste. Ce n'est pas une évolution, mais une dégénérescence, parmi tant d'autres... LB.

     

      • Mardi 13 Décembre 2016 à 19:55

        Bonsoir Léo,

        Je te remercie infiniment.Je pense comme toi que cela soit est une dégénérescence de notre belle langue française car cela devient un melting pot des expressions des communautés vivant sur notre territoire auxquelles viennent s'ajouter les divers mots d'argot.Alors entendre parler d'évolution me choque énormément.Belle fin de soirée

        Dominique

         

         

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :