•  

    Chaque pas !  

     

     

    Chaque pas que je fais encor vers l’avenir
    Creuse un peu plus l’abîme du passé, de l’enfance
    Réduisant peu à peu ce qu’est mon devenir
    Orchestrant par ce fait, la fatale échéance
    Dont je me soucie plus, que je ne la redoute
    Sachant bien qu’elle sera gagnante en cette joute
    Gagnante cela est sûr, mais de quelle façon
    Qu’elle arme fourbira-t-elle pour mon exécution
    Son toxique venin qui tue à faibles doses
     
    Dont l’insipidité plus encore nous expose
    Ou bien le fléau d’arme, comme il sied aux combats ?
    Lequel frappe un seul coup et ne pardonne pas
    Si je pouvais choisir l’option de cette chute
    Ce serait la seconde, la première me rebute
    Partir rapidement ne pas m’apercevoir
    De la décrépitude, cet abus de pouvoir
    Qui rongera mon corps, volera ma raison
    S’appropriera ma vie par sa domination
    J’opterais volontiers pour une fin précoce
    Plutôt que vivre âgée, mais de façon atroce
    D’aucuns ne trouveront que faiblesse, lâcheté
    A ce que je pense n’être, que légitimité

     

     

    © Dominique

     

     

     

     

     




    6 commentaires
  •  INSPIRATION PAR L' IMAGE

     " LA VENUS DE MILO  " 

     

    INSPIRATION PAR L'IMAGE :  "LES COMMERES "

    Les COMMERES au MUSEE du LOUVRE  

      

    INSPIRATION PAR L'IMAGE 

    Garance est aussi entière et caustique
    Que  Léonie est effacée et naïve 

     

    Durant les journées du Patrimoine, les "commères" Garance et  Léonie, se rendent au « Musée du Louvre » . En sortent de l’ascenseur au Rez-de-chaussée, Garance entraïne Léonie  vers le département des " Antiquités Grecques" et la première œuvre qui s’offrira à leurs yeux, ne sera autre que "La Vénus de Milo". 

    Garance :  Ah je vais enfin voir de près,  la  fameuse "Vénus de Milo"  Depuis que je voulais la voir  cell'-ci !

    Léonie : Pourquoi ? Vouliez vous assurer qu'elle avait bien ses mille os ?

    Garance : Mille os ! Non mais, vous  des fois on s'demande si vous manque pas quèques heures de cuisson tiens . Enfin j'me comprends ! J'ai pas dit mille os , j'ai dit Milo.  En Grèce quoi ! 

    Léonie : Ouh là là , c'est compliqué tout ça dites-voir ! J'comprends plus rien.  Elle est en os ou en graisse vot' Vénus ?

    Garance : (s' avançant déjà vers l'œuvre)  Ah ben tiens la v'là !

    Léonie : (désappointée à la vue de la statue) Mais c'est qu'une statue ! Et même pas terminée en plus ! Dites Garance, pourquoi donc qu’il n’a pas terminé la statue ce M'sieur Milo ? 

    Garance :(moqueuse) Allez donc  savoir, pt' être bien qu'il manquait de marbre ? hi…hi…Ah sacrée Léonie tout d'même.  Milo se trouve dans  la mer Égée.

    Léonie (suspendue  aux lèvres de Garance attend...) Et vous avez quoi au juste ?

    Garance: Ben rien ! Pourquoi donc que j'aurais quèque chose ?  Sinon, pt' être un peu mal aux pieds,  tiens !

    Léonie: Ah ben voilà ! Vous vous moquez toujours de moi ! Voyez  bien que vous aviez pas fini vot' phrase !  Fallait dire : "Milo se trouve dans la mer et j'ai un peu mal aux pieds"

    Garance: Oh ma pauv' vous chang'rez donc jamais ?  Mais, Égée c'est le nom de la mer !

    Léonie: Eh ben dites voir, vous en savez des choses Garance, vous connaissez même le nom de la mère de M'sieur Milo ? Vous êtes bien cultivée hein ! 

    Garance: (goguenarde) Oh pour ça oui ! Mis à part les années d'jachère j' donne presque deux tonnes de patates par an, dites-donc !  hi...hi...hi !

    Léonie: (vexée)  V'là que vous vous gausser ! J'voulais dire que vous êtes... comment qu'on dit déjà ? Instructionnée ? V'là c'est ça : Instructionnée. Vous avez de l'instruction quoi ! 

    Garance: (FlattéeVoyez-donc pas que j'vous taquine hein ? Vous avez dit cultivé, comme vous auriez-dit érudit, j'sais  bien !

    Léonie: Ah ben non ! J'aurais pas pu  vous dire: Et Rudi ?  Vu que J'connais pas d'Rudi. Oh mais Garance,c'est pas possible...Je viens de penser à quèque chose !

    Garance : J'dois dire que ça vous arrive pas souvent c'est vrai, mais d' là à vous étonner. Hi...hi... !

    Léonie : V'là que vous vous gausser encore. Eh ben tiens j'dis pu rien voila !

    Garance : Faites donc pas vot' tête de mule  !

    Léonie : Eh ben voui , j'me disais que,  si Egée est le nom de la mère de M'sieur Milo et que M'sieur Milo se trouve dans sa mère, c'est donc qu'il n'est pas encore né ? 

    Garance  Et pourquoi qu'il faudrait que Milo soit encorné ?

    Léonie:  Pour faire sa Vénus  pardi !

    Garance : (d'un ton suffisant) Ma pauvre Léonie vous ne connaissez rien à la période "Hellénistique",mais j' m'en vais vous expliquer : M'sieur Milo comme vous l' appelez, il a jamais sculpté la Vénus, vu qu'il existe pas ! Milo est  une ïle,  où on a découvert  la "Vénus". D'où son nom. La Vénus, vous pensez si j'm'y connais dites-donc ; j'aime tellement  la Grèce !

    Léonie: Ho mais vous savez elle, elle vous aime pas ! Paraîtrait  à c'qui paraît, d'après Mam' Gossin, que la graisse c'est très mauvais pour la santé. Paraîtrait qu'ça donne le bon point, qu'on devient tout ventriloque et pi, très vite ombèse !  J'osais pas vous l'dire Garance , mais vous avez encore pris. Surtout dans les hanches.  

    Garance: On dit obèse Léonie ! Obèse . Ah c'est quèqu'chose quand même j'vous l'dis moi !

    Léonie: Oh vous êtes pointilliste dites donc ! Ombèse, obèse quèque sa change ?

    Garance: Pour vous pas grand chose ! ( puis d' un ton mordant) Alors com' ça j'aurais pris dans les hanches tiens, alors que j'porte la gaine "Nymphette" de chez Prétexte. Non mais ?  Ah c'est sûr que chez vous  y a pas grand chose dans les hanches, pas plus qu'ailleurs du reste si vous voyez ce que j'veux dire ?  De toute façon, c'est pas d'la même Grèce que j'parle. Moi j' parle de la Grèce des hellènes , mais vous connaissez pas  les hellènes vous alors. Pfft.... !  

    Léonie: Ah mais voui que j'les connais les hélènes, vous m' prendriez pas pour une igname tout d'même ? Y a : Hélène et les Garçons, Hélène Segara, Hélène, la nièce de Mam' Sabord, y a aussi une autre Hélène qui paraîtrait à c'qui parait d'après Mam' Jubi , qu'est très connue, Ménélas j'sais pu  bien pourquoi. Elle m'a dit comme ça un jour, qu'elle avait vu un fim, un Pimpon j'crois bien, et qu'cette Hélène là he ben elle s'était enfuie d'chez elle car il aimait beaucoup Paris. Pensez, la capitale ça attire du monde !

    Garance: (découragée)  Evidemment, évidemment ! Je crois qu'on a fait le tour de La Vénus . Allons  donc  voir la " Victoire de Samothrace" et pour gagner du temps, j'résume:  M'sieur Samothrace n'existe pas plus qu' M'sieur Milo et ben qu'les deux soient d'la mer Egée, sont pas frères pour autant; puisque Samothrace est aussi une île. Cette Statue porte ce nom parce qu'elle a été retrouvée sur cette île et elle représente la déesse Niké. 

    Léonie: Oh Garance c'est grossier ! Faut pas dire de vilains mots, c'est pas d' vous ça !  

    Garance : Vilain mot, mais quel vilain mot ? Ah... mais dites voir, vous auriez pas l'esprit mal placé vous ?  Evidemment que c'est pas d'moi, puisque c'est le nom de la déesse qui représente la Victoire.  Aller Oust, c'est assez pour aujourd'hui hein ? On lèv' le camp ! 

     

    © Dominique  


    6 commentaires
  •  
           Sophie Anderson - The Turtle Dove
      Tableau de Sophie Anderson :  La Tourterelle 
     

    La Tourterelle 

     

    La fillette souffrait sa mère l’avait quittée
    Son cœur las, épuisé, avait cessé de battre
    Soudainement partie, par un beau jour d’été
    L’enfant était prostrée, elle ne pouvait combattre
    La douleur, l’affliction de son premier chagrin
    Sa belle, douce Maman était partie sans elle
    Elle était effondrée, mais comment ferait-elle
    Pour seule désormais parcourir le chemin
    Chemin d’une jeune vie qu’elle empruntait à peine
    Qui lui paraissait sombre et inintéressant
    Elle n'y survivrait pas la petite Madeleine
    Puisqu’elle n’avait plus, auprès d’elle sa Maman
    Le visage raviné par le flot de ses larmes
    Elle voulut pour sa mère, porter habits de deuil
    Trop jeune pour du noir, elle consentit au parme
    Et passait tout son temps, lovée dans un fauteuil
    Un jour s’y endormant elle avait fait un songe
    Dans lequel sa Maman s'en  revenait vers elle
    Voulant inconsciemment que le rêve se prolonge
    Elle la vit  se muer en une  tourterelle
    Et venir se poser au creux de son épaule
    Taquinant ses cheveux comme par des baisers
    Alors que près de l’eau appuyée contre un saule
    A l’instar de cet arbre, la fillette pleurait
    La tourterelle alors s’abreuva à ses larmes
    Une à une, doucement, elle les étancha
    Et l'enfant étonnée et touchée par le charme
    Se mit à crier : Maman !  Puis elle s’éveilla
    Elle découvrit alors sur sa robe de velours
    Un présent qui pour d’autres eut été peu de chose
    La rémige d’une aile aux couleurs grise et rose
    Que l'on eut dit posée à dessein, par amour
    La mignonne  sourit alors, malgré  ses pleurs
    Elle seule savait, elle seule avait  compris
    Désormais où qu’elle aille une tourterelle amie
     Était là, bien présente, pressée contre son cœur

      

     

    © Dominique


    10 commentaires
  •  
    Fable que j'ai réécrite en langage argotique
    avec des mots très,très  peu châtiés.
    Je vous en demande excuses ! yes   

    Fable Revisitée : Le Renard et la Cigogne

     
    Le Renard et la Cigogne

    Un  renard  faux-jeton
    Ourdit un jour un plan
    Afin de pigeonner
    La "Livreuse d'enfants
    Au grand  cou et longues guibolles

    Il lui fixa rancard, mais c'était faribole
    Un bluff pour que chez lui  elle vienne  bouffer
    N'allez pas par - là esgourder
    Qu'il eût prévu  poiscaille
    Pour préparer la boustifaille
    Que nenni ! Il mit au fond d'une gamelle
    Deux cuillerées de flotte et quelques   vermicelles
    Que l'échassier ne put  forcément becqueter
    Et que lui  seul Goupil, se magna de bâfrer
    Elle ne moufta pas mais elle se promit
    Un retour d'ascenseur envers ce faux ami
    Elle attendit longtemps  afin qu'il ne devine
    Ce que pour lui tramait son emplumée voisine
    Puis un jour arriva le moment opportun
    Où la matoise, roublarde  oiselle
    Finaude, l'invita chez elle
    Pour y faire un bon gueuleton
    Le Renard à sa joie bien sûr ne dit pas non
    Le ballot accepta crédule
    Mais lorsqu'il mit ses mandibules
    Dans le col allongé du pichet
    Celles-ci restèrent coincées
    Et de la bonne bouffetance
     Il n'eut que la fragrance
        Et la cigogne hilare
    Le chassa dare - dare
    C'est   queue basse  et bien  possédé
    Qu'il regagna son terrier


       Moralité :

    Ne couillonnez personne
    Sans craindre que l'on vous couillonne!

       

    © Dominique

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

    J'eus durant mon activité professionnelle, la possibilité  de  me familiariser avec les noms (tant scientifiques  que communs) des

    " Poissons Exotiques"

     J'ai  alors pensé, de façon je l'espère amusante,d' inclure en  BLEU dans un petit texte de mon cru, les noms de certains de ces poissons. Ce qui n'a d'autre prétention, que celle d'être ludique.    

    x 3c54bac1-2

     

    Acara-Balentocheilus,Chirurgien-Gastéropélécus, avait épousé Doras castaneoventris- la petite fille de Theutis Acanthuridés Ex Chirurgien lui-même et d'origine Grecque également. Les carabins facétieux  avaient   donné à  Theutis le surnom de Chirurgien à Joues Blanches,  en raison des rouflaquettes de même couleur; qui recouvraient la majorité de son visage. Déjà âgé, mais âgé ne voulant pas dire Betta, indubitablement; grand-père Theutis, n'avait pas vu d'un très bon œil que Doras, (Ah combien il l'aimait cette Petitella ! ) secrétaire de son état et Sténodon,  ait épousé celui qu'il nommait le Bagnard, en raison de sa prédilection pour les costumes rayés façon Pyjama ou, parfois  selon son humeur, le Requin argenté, car Acara Balentocheilus  s'était offert un beau Voilier des Célèbes et un ranch, dans le Colorado près du Jack Dempsey Park, mais de façon pas toujours licites et Theutis  n'aimait pas  le comportement de ce Barbus-requin aux dents longues.Lorsqu'il le voyait pérorer il pensait alors: Tu te Gouramy  si tu crois que cela va se passer de la sorte et, il  trouvait que sa petite fille, avait fait une  Pholis que d' épouser ce type. Il se promit de lui dire un jour, ce qu'il pensait de cela, entre Quatre yeux. Lui n'étant pas comme cet homme, avide d'argent, il avait volontiers accepté que Leuciscus Cyprinidés, le cadet de sa seconde fille, se produise, dans un cirque en tant que Clown. Grand-père Theutis  avait gardé de sa jeunesse un souvenir ému pour le Cirque. Il se souvenait y avoir vu évoluer le "Combattant du Simor" qu'il regardait avec de Gros yeux, les Clowns "Barrosia barrosi ", l'home à la tête-de-serpent qui se faisait appeler "Giant snakehead", l'acrobate qui marchait Tête en bas, les Demoiselles bleues des Caraïbes qui dansaient si bien, tandis que des Comètes étincelantes, virevoltaient sous le chapiteau et, surtout.. Surtout, il gardait en mémoire  son fait de bravoure : Avoir eu un jour, encore tout jeune enfant, le cran de caresser une Tête de lion même si de peur, il Serranus. Le cirque fut sa passion au point tel, qu'il voulut un jour suivre la petite troupe des "Cichlidés" dans ses pérégrinations. Avec l'accord de ses parents, il devint équilibriste sur Perche de verre ; mais au cours de l'une de ses exhibitions, il se Panchax plus qu'il n'aurait  fallu et tombant, se Phractura la cheville et se rompit le tendon d' Achilles. Ses rêves alors s'envolèrent. Il comblât ce vide immense, par les études et  notamment, celles de la chirurgie osseuse. Il devint plus tard Chirurgien orthopédiste.

     

    Mais revenons, si vous le voulez bien, à Leuciscus son petit fils l'Auguste du nom de "Barbatus". Cabotbouche ronde et Nez rouge asiatique sous son Chapeau aPlaty.il jouait du bandoNéon avec son acolyte, le clown blanc " Telmato". Ce duo avait pour nom de scène "Lo vulpinus" et tous les gosses riaient, lorsque les deux compères, après  chacune  de leurs pitreries, lançaient à la cantonade :

     

        Alors c'est-y pas Botia les p'tits n'enfants ?

     

     

     

    © Dominique


    8 commentaires