•  

    Je dédie ce Poème à ma Grand-Mère  maternelle

    Ma  Mammone ) 

    Qui a quitté ce monde, il a 56 Ans aujourd'hui

    ( L'histoire de cet anneau est absolument  authentique )

    Mes Poèmes : L'Anneau D'Or !

     L' Anneau d' Or 

     

    Je porte depuis peu, en souvenir de Toi
    L'anneau d'or que grand-père a  passé à ton doigt
    Le onze février de l'an mil neuf cent huit
    Il avait vingt cinq ans, tu en avais vingt huit
    Lorsque je vins au monde, grand-père l'avait quitté
    De ne l'avoir connu, cela m'a tant manqué
    Mais Toi, tu étais là et tu m'as vu grandir
    Et je garde de Toi, de si beaux souvenirs
    Que de choses recèle ce petit anneau d' or
    Qui avec tant d'éclat, à mon doigt brille encor
    Que de joies, que de peines, cache ce doux écrin
    Qui de toute ta vie, reste le seul témoin
    Il a été usé par la anse du seau
    Dans lequel tous les jours, tu allais puiser  l'eau
    Quand tu partais matin, petite lavandière
    Il a été poli aux galets des rivières
    Il a été lustré par les travaux des champs
    A été maculé par des langes d'enfants
    Il a été baigné par le flot de tes larmes
    Causes de tes douleurs de fille, de sœur, de femme
    Il fut tourné vers Dieu, tandis que tu priais
    Puis, au soir de ta vie, il fallut te l'ôter
    Dès lors, il eut pour nous valeur de talisman
    Lorsqu'il fut égaré, j'ai vu pleurer Maman
    Il m'a été offert quand il fut retrouvé
    Grand-mère ! Je suis fière, de pouvoir le porter
    Lorsque mon tour viendra  de  quitter cette terre
    Qu' on ne me l' ôte pas, car si je vois grand-père
    C'est au creux de sa main, que je le remettrai
    Pour qu' à nouveau  il puisse, à ton doigt le passer

     



    © Dominique

     

     

    * Ce poème avait obtenu le Premier Accessit 
    Au «Grand Concours  Littéraire du Monde Francophone»  en 2003 

     

     

      


    14 commentaires
  • L' ABECEDAIRE DES ANIMAUX DU MONDE LETTRE   "I "

    Proposé par  VIOLETTE

     

                                   

     

     L'ILI  PIKA

    L ’ILI PIKA est un petit mammifère de l'ordre des lagomorphes, d’environ vingt centimètres de long. Ce petit animal très rare aurait été découvert par Li Weidong, qui serait un grand défenseur de l’environnement, en mil neuf cent quatre -vingt-trois. L’ILI PIKA vit en solitaire dans les montagnes du Nord-Ouest de la Chine à plus de 4000 m dit-on, car le réchauffement climatique qui le menace d’intinction a en autre incidence, provoqué la raréfaction de sa nourriture qui serait essentiellement constituée d’herbe. Il est estimé à moins de 2000 individus. Tout comme le lapin, ce petit rongeur, possède de grandes oreilles et sa fourrure et constellée de petits points bruns.

    On dit que c’est l’Ili Pika qui aurait inspiré les créateurs du célèbre Pokémon Pikachu !

    © Dominique 

     

    ili-pika-animal-rare 

    L'ILI PIKA

    Crédit photo: Li Weidong

     

     

     

     

     


    18 commentaires
  • LE CLOWN

    Clown triste

    Alangui, le pas lent, s'emparant d'une chaise
    A
    pathique, Il la traîne, jusques à son miroir
    C
    ette loge, qui est sienne , où il était à l'aise
    L
    ui apparaît ce soir, triste, comme un mouroir
    D
    ans un réflexe, il pousse le p'tit interrupteur
    F
    aisant ainsi jaillir le flux des projecteurs
    E
    ntourant la psyché, qui renvoie son image
    I
    l ne peut plus lutter, il n'a plus le courage
    I
    l a donc décidé, sans une hésitation
    Q
    u'il ferait ce soir là, l'ultime prestation
    C
    omme à l'accoutumée, penché devant sa glace
    I
    l noircit ses sourcils et se blanchit la face
    D
    essine, un grand sourire, d'un trait de vermillon
    A
    dapte son nez rouge, met son nœud papillon
    A
    juste sa perruque et son petit chapeau
    C
    hausse ses grands souliers, endosse son manteau
    I
    l s'assure de tout. Rien de manque. Il est prêt !
    D
    'un regard circulaire, de larmes embué
    I
    l embrasse la pièce tapissée de photos
    L
    a famille du cirque, l'immense chapiteau
    S
    es souvenirs d'auguste, Lui, le clown de renom
    D
    ont personne ne connaît le véritable nom
    A
    vant qu'à tout jamais, ne s' éteigne la lumière
    I
    l boit une potion, à la saveur amère
    M
    ais déjà il entend s'élever les clameurs
    I
    nspirant fortement et refoulant ses pleurs
    I
    l murmure tristement : - Allez vas donc, l'artiste !
    P
    rend son air hilarant et bondit sur la piste
    I
    l jongle, il caracole, sous les yeux des gamins
    Alors
    les rires éclatent, s'élèvent des gradins
    L
    es applaudissements, fusent de toutes parts
    L
    ui ne les entend plus qu'à travers un brouillard
    C
    ar hélas dans son corps, le funeste breuvage
    E
    st en train d'achever son redoutable ouvrage
    D
    éjà ses yeux se voilent, il titube, il chancelle
    D
    evant « ces facéties » les gosses rient, de plus belle
    I
    l trébuche, il zigzague, vers eux il tend les mains
    Comme pour dire Adieu à ces petits bambins

    Et
    tandis qu'on l'acclame de bravos, de hourras
    Son corps, dans un bruit sourd, s'abat les bras en croix 

    Et jamais plus l'auguste, ne se relèvera
    C
    ar maintenant pour lui, les rires se mélangent
    A
    vec les litanies et le doux chœur des Anges
             
     

        © Dominique
           


    10 commentaires
  •  

    APPRENTISSAGE

     

    Mes Poèmes : L'Apprentissage !

     

    - Grand-mère s'il vous plait est-ce que je peux m'asseoir ?
    Près de vous je promets je resterai bien sage
    Je suis encore bien jeune mais j'aimerais pouvoir
    Tout comme vous le faites commencer un ouvrage
    Je vous vois chaque jour tandis que la maison
    Dort sous le chaud soleil d'un sommeil bien tranquille
    Déposer sur la table étoffes, fils , coton
    Qui vous servent à faire tous vos travaux d'aiguille

     

    - Je t'apprendrai Petite si tel est ton désir
    Comme le fit pour moi, un jour ma "Bonne maman"
    Rien je dois avouer ne me fait plus plaisir
    Que de voir s'exprimer chez toi un tel penchant
    Car tu seras un jour, une femme, une mère
    Et tu constateras qu'en multiples occasions
    Ces travaux de couture il te faudra les faire
    Corsages et sarraus, culottes et cotillons
    Que tu devras couper, bâtir et ajuster
    Mais tu acquerras vite agilité, aisance
    Rompue à ce travail qui sera journalier
    De cet art tu auras une grande expérience
    Cependant un beau jour par la difficulté
    Lorsque tout comme moi tu auras atteint l'âge
    Tu ne pourras plus coudre avec dextérité
     Tes doigts te seront gourds, hostiles à l'enfilage
    Et tes yeux quant à eux manqueront d'acuité
    Mais ce jour là fillette est bien loin d'arriver
    Et tu auras le temps à ta petite fille
    D'apprendre toi aussi tous les travaux d'aiguille
    Qu'avec très grand plaisir je m'en vais te montrer !

     

     © Dominique

      

       


    20 commentaires
  •  

    L' ABECEDAIRE DES ANIMAUX DU MONDE   "G "

    Proposé par  VIOLETTE

     

                                   

     

     LE GENDARME

    Le gendarme !  Ah non ne vous méprenez-pas, je ne considère pas le pandore comme étant un animal, je ne suis du reste aucunement opposée à l’institution.  Il en faut !

    Je veux parler de cet insecte que l’on nomme aussi soldat (décidément toute l’armée va y passer ?) ou de son nom scientifique le "Pyrrhocoris apterus"  et dont la carapace ressemble à un bouclier tribal. Il se déplace souvent en groupe. Cela explique peut-être, le pourquoi des noms vernaculaires dont on l’affuble.

    Le Gendarme donc, (gardons ce nom puisque la lettre est « G » et que dans le Sud de la France nous l’appelons ainsi) est très rependu en Europe et dans la zone Méditerranéenne. Il est très utile dans nos jardins puisqu’il en chasse les parasites et facilite l’élaboration du compost. Bien que polyphage, sa préférence alimentaire reste les fleurs de mauves, d’hibiscus ou de tilleuls. 

     © Dominique

     

    Description de cette image, également commentée ci-après

    Le Pyrrhocoris apterus


    15 commentaires