•  

    Diorama " Bar de la Marine "

     (Photos cliquables )

     

    Mes Créations : Diorama  Bar de la Marine  !

    Ce  fut après que cette ravissante" PARTIE  DE CARTES " ait été offerte à mes parents, que je tentais de reconstituer le  décor  du " Bar de la Marine "

    Tel que  Marcel PAGNOL  l'avait conçu .  

    Tous  les  éléments  constituant ce " Diorama", hormis  " La partie de cartes" elle-même évidemment, je les ai  réalisés à la main.

    Seul le sol a été recouvert de dalles adhésives.

    Mes Créations : Diorama  Bar de la Marine  !

     

    Août 1987

    © Dominique


    10 commentaires
  •  

     Un Mot-Une Image-Une Citation

    Un Jeu d'Ecriture proposé par

     JOYE 

    Le mot   Calomnieux

    L' Image :  La photo ci dessous

    La CitationSi la nuit est noire  c'est pour que rien ne puisse nous distraire des cauchemars (Bill Watterson)

     

    Image par Lifewithzeus sur Morguefile.com


      

    En  Nuit !

     

    Bulles multicolores éthérées et si brèves
    Comme trop souvent sont les rêves
    Dont on voudrait garder souvenir mais  savons
    Qu'ils s'évaporeront comme bulles de savon
    Il n'est pas calomnieux de ma part que de dire
    Que l'on préfèrerait voir s'enfuir nos délires
    Ceux qui rendent la nuit si noire qu'il faut croire
    Que c'est pour que rien ne puisse nous distraire des cauchemars
     
    © Dominique

    9 commentaires
  •  

    LOGO-COUR-DE-RECRE-de-JILL.jpg

    La Cour de Récré de JB

    Prénom du jour :

    H E L M U T

     

    Prénom : Helmut !

     

    Helmut, boy-scout, dit "Actif Marabout" a de belles bajoues ainsi que du bagou, un faible pour le vermouth mais de nombreux atouts. Dès les premiers jours d'août, aux aurores debout, sur le camp il fait tout, c'est le vrai touche-à-tout, on peut le voir partout. Il s'occupe du mazout, lave les essuie-tout, équeute les mangetout, prépare le ragoût, en vérifie le goût, fait bouillir le faitout.... Helmut, il faut au moins un mammouth pour le mettre knock-out.  

     

    ©  Dominique


    13 commentaires
  • Défi 130:  EVASION

     CROQUEURS DE MOTS

     croq

     

    Défi proposé par   

    LENAÏG

    Qui nous dit ceci : 

    On invente une histoire, on narre un souvenir,
    On s’exprime en prose ou en poésie.
    Le spectre est large : on creuse un tunnel,
     
    *On se sauve d’une situation délicate,
    *On raconte comment la lecture d’un roman
    Nous a fait nous évader d’un ennuyeux quotidien,
    *On prend des personnages ou on se met en scène.
    C’est comme on voudra.

     

    Aussi loin que remontent mes souvenirs, j'ai toujours aimé lire, mais il y eut une période de ma vie, où je lus plus que je ne l'avais jamais fait auparavant. Étant à cette époque en activité, je travaillais à près de trente  kilomètres de mon domicile et ne rentrais donc pas chez moi pour déjeuner. Je me contentais de grignoter sur le pouce au bureau,(les locaux, à tel point excentrés, n' avoisinaient ni restaurants, ni commerces). Je mettais donc à profit cette heure de pose, pour, entre deux bouchées, me plonger dans la lecture. Si je lus ainsi, de très nombreux livres qui m'intéressèrent vivement, je me souviens de l'un d'entre eux qui, en particulier, me captiva littéralement . C'était "Les Lauriers de Cendre" de Norbert Rouland. A qui porte de l'intérêt à l 'Antiquité Romaine,(comme c'est mon cas),je ne saurais trop conseiller ce roman remarquablement écrit par ce Professeur d' Anthropologie Juridique. 

    Si je grignotai, plus par nécessité que par faim mes en-cas,  ce jour là, je dévorai avec tant d'appétit, les pages de ce livre écrit de façon tellement réaliste et avec force détails, que je ne tardai pas à m'évader. Prise par  la puissance de la narration, j'en oubliai peu à peu, jusqu'au lieu dans lequel je me trouvai. Je fis abstraction  du bureau,les murs même avaient disparu. Je me  transportai deux mille ans plus tôt, au centre même d'une arène, rougie du sang des gladiateurs, durant un combat, sous l'accablant soleil Romain alors à son zénith. J'entendis les clameurs monter de cette foule en délire assise sur les gradins, les cris gutturaux des deux hommes s'affrontant implacablement, le choc de leurs glaives s'entrechoquant et s'abattant simultanément  sur boucliers et casques, le rugissement des bêtes féroces qui non loin de là attendaient " leur tour ".... La sonnerie du téléphone retentissant, me ramena soudain à la réalité : La pose était déjà terminée  ! 

     

     © Dominique

     

     Edition de 1984

     


    20 commentaires
  •  

    Vêtement  fin du  XVIII è Siècle 

     

    " Le Noble "

     Mes Créations : Costume Corse N° 3

     



    LE NOBLE : Il porte la «Mozza»* veste à pans coupés en velours noir à boutons de métal. Le « Curpettu »  long gilet Mes Créations : Costume Corse N° 3fermé jusqu’au cou par des boutons de métal  ( la  couleur variait selon le canton ou la ville ) ici, celui-ci est   rayé , comme on le portait à Ajaccio, dans le Cap Corse  ou à Bastia. La chemise de lin blanc à col large, les « Braghe » : culotte à pont, en drap brun garnie aux genoux de « schacchi » ( languettes d'étoffe qui  forme une sorte de volant de la même couleur que la culotte) des guêtres "ghjambali"  d‘étoffe brune et  pour couvre-chef la « baretta a Montera » faite de velours noir,avec parements et pompon rouges en soie. Les chaussures sont en cuir naturel.


    NB: * Pour le gens du peuple,  cette   veste, est en drap corse brun légèrement velu  avec des  revers de velours. Les plus pauvres n'ont pas de revers de velours et leurs boutons sont en corne.

     

     

     

    Mes Créations : Costume Corse N° 2

     

     

     © Dominique

     


    10 commentaires