•  

     

    Quatrain 
     En vers Holorimes
    ( ou olorimes)
     
     
    Les vers " HOLORIMES "
    sont des vers qui sont phonétiquement semblables
    et donc qui riment entièrement
     

     

       Six charlatans de là, sortent en riant
    Amusés pour avoir volé cette assistance
    Et crient allègrement aux dames qui les tancent:
    L’indélicatesse nait souvent de la crédulité  
     
     
    Si Charles attend de la sorte Henri-Hans  
    A muser, pourra voir voler sept à six stances 
    Ecrites allègres : Manteaux d’âmes qu’il étend ce 
    Lin délicat et ce, nait sous vent de l’acre édilité *

     

     

    6 avril 2011

    © Dominique

     

     

    *Edilité : Magistrature d' édiles

     


    6 commentaires
  • Un entretien improbable entre

    " Napoléon Premier"

    et 

    Ma toute petite personne...

     

    Le général Bonaparte lors de la bataille de Castiglione le 5 août 1796 par Nicolas-Didier Boguet

     " Bataille de Castiglione ' 5 Août 1796 

    par Nicolas-Didier Boguet 

     

    - Sire, en ce deux cent dix huit ème anniversaire de la victoire de Castiglione, qui se déroula le 5 août 1796 et qui  bien que lointaine, a du à n'en pas douter, restée gravée en votre mémoire; puis-je me permettre de vous demander ce que Votre Majesté pense de la France actuelle?

    - Madame, je suis ravi que vous me parliez de Castiglione, en effet les victoires de mes armées me sont inoubliables à plus d'un titre, mais je dois dire que le sont, toutes les batailles que j'ai menées, même si toutes, ne nous ont pas conduits à la victoire. Je songe à  Waterloo évidemment. Mais évoquer la France, qui a tellement changée, cela  me brise le cœur !

    Je voulais pour Elle, pour ma patrie, le meilleur. Ma vie durant, j'ai œuvré en ce sens, grâce au courage de mes armées et sans en ménager nos forces. D'aucuns me reprochèrent assez, et me le reprochent encore, d'avoir pour se faire, sacrifier bon nombre de mes valeureux soldats. Mais hélas, les pertes sont le tribut que l'on paye aux guerres. Sans nos victoires aurions nous pu faire de la France d'alors, ce magnifique empire respecté  et craint  de tous, duquel l'Europe était aux pieds ? J'avais pour Elle, encore de   grandes ambitions , mais je fus contraint  à l'abdication ! La France… Que reste-t-il de sa grandeur, de sa magnificence ? Mais ôtez moi d'un doute, est-elle donc devenue si insignifiante aujourd'hui,pour se voir annexer à la Hollande? Des rumeurs me sont parvenues affirmant cela !

     

    - Rassurez-vous Sire,il n'en est rien ! La France garde encore à ce jour son indépendante. Cependant je présume que vous n'ignorez rien du traité de  Maastricht, signé  par l'ensemble des Etats, membres de la Communauté économique européenne en 1992 et qui lie la France à   ces pays membres. Elle n'a plus de fait, les pleins pouvoirs décisionnaires. Cependant elle n'est annexée à aucun pays et donc, point gouvernée par la Hollande; mais par " Le Hollande ", si je puis me permettre cette audace à l'égard de votre Majesté. Hollande, étant en effet le patronyme du tout nouveau président de notre République; d' où la confusion de Votre Majesté ! Cela dit, je laisse seule votre Majesté , juger  si cela est mieux, ou pire pour la France.

     

    - La France subit de très nombreux bouleversements et pas des moindres. Même dans mes rêves les plus audacieux, je n'eusse pu imaginer, ce qu'il m'est donné d'entendre. L'un de vos chantres du siècle dernier, avait à son répertoire, je me l'étais laisser dire; un titre qui qualifie on ne peut mieux, ce que reflète  la France actuelle : "Tout fout l'camp !" . Avez-vous souvenance de ce chant ?

     

    - Certes Sire, Certes ! Ce chantre comme vous le nommer,  s'appelait   Marcel Mouloudji et peut être l'avez-vous croisé aux " Champs Élysées"  là, où vous espériez  retrouver, après votre trépas, vos braves : Kléber, Desaix, Bessières, Duroc, Ney, Murat Berthier et Masséna, mais aussi Scipion, Annibal et César !

     

    - Oui  c'est exact, de grands hommes s'il en fut ! Vous eûtes aussi en France après moi, de grands hommes ! N'y voyez là aucune allusion voilée à ma taille qu'on s'évertua à  plaisir de diminuer. Je n'étais pourtant  pas frappé de nanisme que je sache et, sans qu'elle ait pu être comparée à celle  du Roi François Premier, elle était  tout de même, d'un mètre soixante neuf ; ce qui à mon époque, était au dessus de la moyenne. Du reste, ce n'est pas antinomique; un homme petit peut être un grand homme ! Mais que cela ne donne point  à croire que ça vaut pour tous. Tout un chacun, ne  peut se permettre de diriger un pays au pied levé, simplement pour satisfaire son ego; faut il encore qu'il possède  les capacités intellectuelles, être tacticien et fin diplomate pour se faire. Ce monsieur Hollande comment est-il bâti au juste ? Est-il grand de sa personne? Est-ce un grand homme ?

     

    - Concernant sa taille, il est de cinq centimètre plus grand que vous ne l'étiez Sire, donc je dirais qu'il y a  là quasi similitude. Mais hélas pour la France et pour les Français, c'est bien la seule dont il est pourvu !

     

    - Je suis obligé   de prendre congé  Madame ! 

     

    - Je suis ravie Votre Majesté,  d'avoir pu vous entendre et vous remercie d' avoir accepté de m' accorder un peu  de votre éternité. Adieu donc !   

     

    - A  plaisir de vous voir  un jour !

     

    - Sauf votre respect Sire,  et malgré l'honneur qui me serait fait d'une telle rencontre, je souhaiterais,  compte tenu  des distances qui nous séparent encore ,  que celle-ci  ait  lieu le plus tard possible !

     

     

    05 Août  2012

    © Dominique

     

     

                     


    7 commentaires
  •  

    " LA  RONDE  DES  DEPARTEMENTS FRANCAIS " 

     

     

    De très bonne EURE, presque à l’ AUBE,  AUDE, jeune femme plutôt GIRONDE, attend que VIENNE son  ALLIER, un jeune GARD, qu’elle considère un peu comme un HERAULT. Il arrive enfin ESSONNE. Il vient l’aider à planter  un pin des LANDES qui lui coûta fort CHER. Nous dirons, une belle SOMME. Relevant  une  MANCHE qui s’ ORNE de dentelle, elle CREUSE avec PARIS, ( prénom du jeune homme ), le sol et  MARNE l’endroit,  afin que d’y planter le pin, Le temps est DOUBS; De SAVOIE suave, elle fredonne tout en travaillant, mais soudain, des douleurs dans l’AISNE  et le BAS-RHIN interrompent  LA REUNION. Elle rugit comme une l’YONNE, JURA, tant la souffrance était intense ; A en perdre le NORD ( dira-t-elle plus tard ). Là, j’ai gagné le gros LOT ! Je boirais bien une gorgée de CALVADOS pour me remettre, pas toi AIN ? Va donc en demander une  bouteille à YVELINES, elle m’a dit  qu’elle en VENDEE. Elle est quelque part dans le pré  en train de traire ses DEUX-SEVRES .Emmène avec toi les  chiens eux l' AVEYRON mais après, n’oublie surtout PAS- DE- CALAIS la porte du jardin.  
                               

                            Et là,  l’affaire se CORSE !





    14 janvier 2009    

    ©  Dominique


    6 commentaires
  •  

    Les vers " HOLORIMES " sont des vers 
    qui sont phonétiquement semblables

     ♦ ♦ ♦ 


    Oh dis c’est Lilia ado. Mère ? 

    Odyssée - L’ Iliade - Homère

    ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

    La mercerie du Doubs

    L’amer se rit du doux

    ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 


    Une  raie nette sur le nez  nu : Phare !

    Une reinette sur le nénuphar


    ♦ ♦ ♦ ♦ ♦
     

    Que le père ? Rit  Aude la romantique

    Quelle période  la  Rome antique  

    ♦ ♦

     

     23 mars 2009

    © Dominique

     


    8 commentaires
  • En ce 14 juillet 2014

    Il y eut encore de nouveau promus......

     legion honneur 7

    Je  rédite en la circonstance, ce texte qui fit l'objet d'un défi d'écriture 

    en Janvier 2012

    dont le thème était :  

    Écrire une lettre à qui bon vous semble  En y incluant cette citation de Confucius    "Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions"

     

     

     Lettre à Monsieur Le président

    De la République

    Française 

     

      

    Monsieur Le Président,

     

    Par la présente, je m'adresse à vous puisqu'il est encore temps, comme j'eus pu le faire à votre prédécesseur.  Je ne veux nullement m'élever en censeur bien que des tas de choses dépassent l'entendement. Je vous sais  "occupé" et c'est doux euphémisme, à sortir de l'ornière où La FRANCE fut mise, à  tous ces temps de crise contre lesquels  ELLE se bat,  au point tel que l'on doute qu'elle puisse tomber plus bas  et malgré le pessimisme duquel nous nous vêtons , je voudrais vous faire part de mon indignation. Ce sujet à vos yeux  paraitra anodin, je peux vous assurer, qu'il   ne l'est point aux miens. 

     

    Il est déjà   longtemps que je suis atterrée,  mais vu que l'évènement, sans cesse réitéré ne semble gêner quiconque  et bien qu'étant moi-même, une personne quelconque, je tiens, comme me le permet la démocratie, Monsieur Le Président,  à vous dire ceci :  

     

    Concernant la "LEGION D'HONNEUR ", je trouve désobligeant que cette distinction créée il y a deux siècles par "Napoléon" , cette  valeur honorifique récompensant les éminents  mérites,  militaires ou civils rendus à la Nation, que cette décoration dis-je, qui eut tant de valeur qu'elle personnifia  la droiture et l'honneur , soit dès lors conférée  à qui en fait  demande  et n'ait pas plus de prix que friandise gourmande, puisque distribuée à vos amis, vos proches . Je m'insurge il est vrai et vous en fait reproche. Lorsqu'on voit des sportifs, chanteurs, célébrités... Au revers de leurs vestes fièrement l'arborer   et que l'on se demande sinon " l'iniquité " , quel put être le  critère qui leur fit octroyer cette légion si noble, quand grand est le mérite, mais qui distribuée pour un oui pour un nom, au sein de tous ce gens se prenant pour l'élite, perd toute sa valeur, outragé est son  nom.   Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions  que se posent tous ceux, briguant cette distinction. N'éprouvent-ils jamais grand Dieu, le moindre  scrupule,   ne trouvent-ils point cela indécent, ridicule,   d'être promus dans l'ordre, alors qu'ils n'ont rien fait   et se voir décorés sans l'avoir mérité.   Ils se laissent épingler juste à côté du cœur,   la "Légion" qui pour eux n'est certes pas d'honneur. Car  parlons franc, qu'ont- ils donc  fait de grand, pour la patrie tous ces récipiendaires ? Sinon d'être  de vous connus et certains  populaires. Rien !  Si ce n'est empocher cachets et  royalties alors qu' hors de  cette sphère, dans laquelle gravitent tous ses gens du " Showbiz" et "peopolisation",   il est des êtres  louables, courageux magnanimesqui préservent et sauvent des vies mais qui pour vous seront toujours des anonymes,  qui n'ont aucune place "au sein de  vos amis ". Ceux qui ne verront jamais ni rosette, ni cordon, pourtant si légitime, décorer leur veston !

     

            

    14 juillet 2014

    © Dominique

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique