•  

    LES COMMERES 

    FONT LEUR CINEMA

    LES COMMERES FONT LEUR CINEMA

    Garance (à gauche) est aussi entière et caustique
    Que  Léonie (à droite ) est effacée et naïve 

     

    Garance : J’irais bien voir «Mon Oncle» aujourd’hui, y passe au «Palace Royal»  dites-voir, voulez pas v’nir avec moi ?

    Léonie : Ben ché pas trop, c’est que j’le connais pas moi vôt'e  oncle !

    Garance : Mon oncle, de Tati; vous l’connaissez pas ? Ah ben çà alors ? 

    Léonie (Etonnée) Et comment que j’aurais pu l’connaître dites ?

    Garance : C’tte bonne blague comme moi tiens , en allant l'voir !

    Léonie :  Z' êtes drôle vous ! Vous  êtes sa neveuse, c’est normal que vous soyez allée l’voir !

    Garance ( Hilare ) Hiii…Hii. Haa..Haa !  Vla que chui sa neveuse à présent !

    Léonie (Vexée) Oh goussez-vous, goussez-vous, ça m’gêne pas allez ! Mais j’connais pas pus vôt’e oncle, que vôt’e tatie voilà ! J’peux pas connaît’ les oncles et les taties de tout l’monde tout d’même !  

    Garance : Z ‘avez jamais entendu parler de Tati ? TA..TI  -  TA..TI !

    Léonie:  Ah mais c'est ben sûr ! Que chui bête ! Y vendent des pantalons, des jupes, des jupons.

    Garance: (Moqueuse, sautillant en chantonnant ) …. Et des gilets d’flanelle…Ils vendent… Mais c’est de Mam‘zelle Angèle que vous parlez là ! Et de M’sieur Hulot, Z ‘avez jamais entendu parler non plus ? 

    Léonie: Pourquoi qu’je devrai, il est  connu ce M’sieur là ?

    Garance Parce que c’est lui Mon Oncle, c’est Ms’ieur Hulot !

    Léonie: Et le fait qui soit v’ôte oncle ça l’rend célèbe et ben, z’êtes ben venimeuse vous dites-voir !  Ou alors chui  palourde, car j’comprends rien à vot' Histoire !

    Garance (Enervée) Palourde, ché pas mais moule sûrement ! J’reprends du début : Aujourd’hui, au « Place Royal » y passe Mon Oncle, Ms’ieur Hulot vous v’nez le voir avec moi ou pas ?

    Léonie: Oui j’veux ben mais vous pensez pas qui sera étonné d’m’voir ? Surtout dans un Palace Royal !

    Garance : Etonné c’est vous qu’allez l’être croyez moi ! J’adore Mon Oncle, et chui sûre que vous allez l’aimer autant que moi.

    Léonie: J’vois pas pourquoi j’devrais aimer v’ôtre oncle ? C’est pas l’mien dites !

    Garance : Mais tout l’monde a apprécié « Mon Oncle » quand il est sorti en 1958 tout l'monde allait le voir.

    Léonie: Rassurez-moi : Il est sorti d’où v’ôtre oncle en 1958, pas d’prison tout d’même ?

    Garance: Z’êtes indécrottable vous décidément !

    Léonie: Ben j’me renseigne v’là tout ! 

    Garance: Il est sorti en 1958 sur l’écran

    Léonie: A l’était coiffeur  alors ? C’est vrai qu’les crans c’était la mode hein à c’tte époque-là, vous vous souv’nez ? Moi j’en avais des crans !

    Garance: Là voyez, 'et moi qui suis à cran. Vous êtes tel‘ment igname, j’parie que vous vous intéressez jamais à la culture !

    Léonie: Et où qu'je pourrais faire ça, sur mon p’tit balcon ?  Et pour planter quoi ?

    Garance : La culture de l’esprit, c’est d’celle-là que j’vous parle Léonie. Essayez donc d’vous culturer un peu quoi !

    Léonie: Ah ben oui, pourquoi pas et quèque vous me conseilleriez pour me culturer vous ?

    Garance: Littérature, musique,  cinéma…. Est-ce que j'sais moi ? Les arts quoi !  

    Léonie:  Lit, thé, j'aime ça ! Ratures et  musique, j’veux ben essayer, mais pas lézards, j’en ai ben trop peur. Savez-pas ? Quand j’étais p’tite, j’ai voulu en attraper un, m’est resté sa queue dans la main dites !  Alors d’puis, tout c’qua une queue ; c’est fini j’y touche pu !  

    Garance: (Railleuse) Ah vous m’en direz tant !  Et l’cinéma il a pas d’queue l'cinéma et pourtant vous y connaissez rien non plus !

    Léonie: Le cinéma l’a pas d’queue ? Ah ben vous ! Zavez jamais vu alors les « wikenges » toutes ces queues qu’attentent d’vant les entrées. Ah ben ça  m’dit rien du tout !

    Garance: J’ai ben vu allez ! Et c’est dommage, car si ça vous avait dit quèque chose, vous sauriez que Ms’ieur Hulot est le personnage du film « Mon Oncle» joué par l'acteur Jacques Tati et qui passe au « Palace Royal » aujourd’hui.  Alors pour la dernièr' fois  vous v’nez  ou vous v’nez pas ?

     

    © Dominique

     


    9 commentaires
  •  

    LES COMMERES

    AU CHATEAU DE VERSAILLES

    LES  COMMERES AU MUSEE DU LOUVRE

    Garance (à gauche) est aussi entière et caustique
    Que  Léonie (à droite) est effacée et naïve

     

    Garance : Dites voir Léonie ! Ça vous  plait c'te visite du château d' Versailles ?

    Léonie : Ah ben voui alors ! Même si je sens pu mes pieds !

    Garance :(Murmurant : Elle a d' la chance moi j’les sens bien ses pieds). Avec vos chaussons vous devez sentir toutes les "pertubations" du sol pardi. Moi, c'est mes bottines neuves, qui m'brisent les arpions. J’aurais mieux fait d'les briser avant tiens. Les bottines hein, pas les arpions. C'est qu'avec vous, vaut mieux préciser ! Hihihi ...

    Léonie : Briser des bottines neuves tout d'même vous y pensez pas ? Moi je les trouve drôlement  belles. La furiosité  fait faire des bêtises. Y a un proverb' qui dit com'ça : "La colère est mauvaise cantinière"! Vous avez bien fait de pas l’ faire Garance. Les miennes vous savez c’est pas des chaussons hein, c’est des marcassins à glands ! Mais j’ me souviens pu, en quoi qu’elle ma dit qu’ils étaient faits la chausseuse !

    Garance : (Goguenarde) Ben voui, les  marcassins ça aiment ben les glands tiens ! Et si y ont des glands vos marcassins, doivent sûrement être en chêne pardi !   Hihihi ...

    Léonie : Ah bon ! Vous croyez ? C’est pourtant pas c’nom là qu’elle m’a dit Non... Mais c'est pas impotent !

    Garance :  ( Regardant éblouie ) C'est beau hein ?  Eh.. ! J'vous dis: C'est beau hein !!

    Léonie : Oh j'vous avait pas entendue, tel'ment capturée par tout ça ! Zavez-vu tous ces meubes, ces tableaux, ces lits à brodequins, ces linoléum ...

    Garance: (N'écoutant plus et fouillant dans son sac) Attendez-voir, y ont donné l'plan à l'entrée, on va ben voir où c'est qu'on est. Alors ici , on est au Cabinet du grand Conseil. Pour un cabinet ,c'est un cabinet.C'qu'il est grand, dites-voir !

    Léonie : Ce doit' ête  pour ça qu'on les appelait  les lieux d'aisance !

    Garance : (Riant )  Mais c'est pas les mêmes d'cabinets. Ah  ben-vous alors ! Hihihi ... Ce que  vous dites vous,  ces les WC, les latrines, ou les Water   closet com' disent les anglais.

    Léonie : Ah bon ? J'me disais aussi, pour quèques minutes qu'on y reste, il avait pas b'soin d'une salle comm' ça, l' Grand Conseil !

    Garance: Dites rev'nons à nos brebis : A coté y a l'salon de Mars , après c'lui d'Mercure, puis c'lui de Vénus...Mais c'est pu un château ça c'est un planétarium j'vous l'dit moi ! Allons jeter un œil dans le salon de Mars à ce qui paraîtrait y a un très beau tableau  "La famille de Darius" que Le Brun à peint

    Léonie: Oh moi la famille de M'sieur Darius, j'la connais pas alors ! Mais si vous, vous la connaissez allons y ! Vous m'dites que le brun la peint , lequel de brun, c'est que j'peux pas connaît'  tous les bruns savez ? Pouvez pas m'dire son nom au lieu de m'dire le brun.

    Garance: Charles Le Brun ! Ma pauv' Léonie vot'inculturisme m'effraie !

    Léonie: (piquée au vif ) Chui p'être inculturée, mais avouez que j'pouvais pas savoir que Charles il était brun non d'une pipe en bois !

    Garance:( Consultant encore son plan)  Comment qu'on peut s'y r'trouver la d'dans ? Faudrait un Gepese ! Savez c'qu'on va faire...On va couper par la Galerie des Glaces et on s'retrouvera directement dans les jardins !

    Léonie : Oh ben là alors, vous avez une rudement bonne idée. Couper par la galerie des glaces on va pouvoir en commander deux. C'est qu'elles doivent être bonnes ici ! Moi j'vai en prendre une à deux boules et vous ? 

    Garance: (Enervée) Moi ? A un'boule, mais à une gros' boule ,pour remplacer celle que vous êtes en train d'me faire perdre ! 

    Elles entrent dans la galerie des glaces laquelle stupéfie Léonie 

    Léonie : Oh...Oh com' c'est beau  ! Vous avez vu toutes ces glaces Combien qui doit y en avoir  dites ?

     Garance: ( Cherchant  sur le plan )   357 qui disent ! Eh vous m'écoutez ?

    Léonie: Oh pardon ! Je suis tel'ment en sorbet que j'vous avais pas entendue

     Garance: ( Ricanant) En sorbet dans la galerie des glaces rien d'étonnant  non ? Haa... Haa...

    Puis passant par une chambre toute rose que le plan indiquait comme étant celle du Dauphin et de la Dauphine

    Garance : Voyez Léonie, c'est là qu'dormait le Dauphin et la Dauphine !

    Léonie : Eh ben dites-voir z'avaient  de drôles d'aquariums à c'te époque et pui tel'ment beaux en pus !  

    Garance sans répondre, l'entraînait déjà vers les jardins 

    Garance: Et ça ! C'est -y pas beau ça Léonie  hein ? 

    Léonie: Oh j'pense ben qu' c'est beau ! Les jets d'eau, les bassins, les statues d'or et ces jardins ! Oh ces jardins !!! On s'demande ben quel jardinier peut faire ça ?

     Garance: C'est Le Notre pardi !

    Léonie: Dites donc pas d'sottises Garance, le notre c'est pas un jardinier ! Il arrose de temps en temps les quèques fleurs dans la cour M'sieur Bonnet, mais on peut pas dire qu'il est jardinier. Oh ! mais j'viens d'comprendre, vous voulez dire qu' M'sieur Bonnet entretient tout ça ! Alors là: Chapeau M'sieur Bonnet !

    Garance: V'nez donc un peu par là et admirer cette immense façade blanche avec tout' ces fenêtres qui donnent sur les jardins, c'est t-y pas  superbe ça dites ?  Merci M'sieur Le Vau !

    Léonie: Ecoutez-voir Garance, chui un peu perdue depuis un moment avec tout ça, alors pour cette merveille, si vous dites merci au veau vous devez remercier aussi sa maman qu'a dū un peu l'aider tout d'même ! Alors j' ajouterai qu'un mot:  Merci M'ame la vache !

     

    © Dominique


    15 commentaires
  • LES COMMERES 

    FONT LES SOLDES

     

    LES COMMERES FONT LES SOLDES !

    Garance (à gauche) est aussi entière et caustique
    Que  Léonie (à droite )est effacée et naïve 

     

    Garance : Eh ben tout d'même ! Vla qu’ils ouvrent  les portes c’est pas trop tôt dites voir, d’puis qu’on attend !

    Léonie : Ah c’est ben vrai ça ! Faut dire qu’on est arrivées drôlement tôt hein ?  Depuis quatre heures du matin qu’on fait l’ pied d’incongrue , je me sens toute gourde.

    Garance : (riant sous cape)  C’est pas qu’une impression allez !  Hihihi ...

    Léonie : Z'êtes pas gourde vous ? 

    Garance : Ben non ça alors, c'tte question ! (Et sautillant), je suis encore argile, fringale ! 

    Léonie : Ah pour sûr que voui je vois. Vous ressemblez à une chèvre !

    Garance : Non mais dites-donc ! Vous vous êtes pas r'gardée ?

    Léonie : Non, le prenez pas mal  Garance, vous faites une confession. Quand on vous voit, on voit pas une chèvre non !

    Garance : Encore heureux dites-voir ! 

    Léonie : J’voulais dire que vous sautiez comme elle, ou un p'tit cabriolet si vous préférez !

    Garance : Un cabriolet ah j’vous jure !  Si il était au lait l’cabri, j’peux vous dire qui sautait pu. Pauv’ bête !

    Léonie : Oh vous êtes trop pointilliste, vous argotez toujours !

    Garance : Bon c’est pas tout ça, mais si on bavarde sans arrêt c’était pas la peine de se lever si tôt hein. (Tirant Léonie par un bras)  Allez suivez-moi, on va aux « Dessous », c’est au - dessus.

    Léonie : Si vous savez que c‘est au-d’ssus pourquoi donc vous voulez qu’on aille au-dessous ?  Là j’vous suis plus, c'est à y perdre son lapin tiens .

    Garance : (Entraînant vivement Léonie ) Et comment qu’elle va m’suivre la p’tite dame ! Si j’vous dis qu’on va aux dessous, c’est que je veux m’acheter un boxer, ou un sloggi ou peut-être même un stringe, j’vais voir.

    Léonie : Le Boxer j’connais, le Sloughi aussi ; ma nièce en a un c’est un chasseur Berbère  il est beau à c’qui paraîtrait avec le poil doux et sa queue est retroussée ! Mais le Stringe j'connais pas cett' marque. Il est comment ? Grand, petit ? Et moi qui pensais qu’ vous aviez peur  des chiens. 

    Garance :Non mais ! Dites-voir , Les origines et caractéristiques scabreuses de votre  pseudo-neveu m'intéresse pas. Chasseur en plus !

    Garance : (Ca s’arrange pas la pauvre Vla qu'elle me parle de chiens! Et si elle avait la maladie d' Elseneur...On sait pas hein ?  ) C’tte question, ça dépend de vot’ taille pardi ! Vous qui êtes du genre haricot vert, ce serait un petit, moi qui suis pulpeuse, voluptueuse , ce serait…un normal. Mais je penche plutôt vers le boxer, ce doit être plus pratique, le stringe, j’ai peur que l’élastique me gêne "si vous voyez c'que je veux dire" !

    Léonie : Oh voui ! Parce qu’ils le vendent avec l’élastique le Stringe ? Remarquez c’est  pas ben grave, après tout vous pourrez toujours l' enlever et le remplacer par une laisse, y paraîtrait qu’ils en font même à enrouleur alors.

    Garance (Ah j’renonce !) Et vous, vous allez acheter quoi pendant ces soldes à moins 50 % ?

    Léonie : Oh moi j’suis venue que pour vous accompagner, j’ai besoin d’ rien ! Mais je veux bien tout d’même, profiter de la moitié du prix. 

    Garance : La moitié du prix de rien, ça fera pas bien lourd dites-voir ! Hihihi ... Et pourquoi que vous vous achèteriez pas de belles toilettes? Ca peut toujours vous servir de belles toilettes !

    Léonie : Vous voulez dire  que ça m'sert tous les jours voui, et plusieurs fois par jour j’dirais même. Enfin, en ce qui me consterne en tous cas.

    Garance : Eh ben dites-donc, vous les toilettes alors c’est tous les jours ? Sauf aujourd’hui quoi  ! Hihihi ...

    Léonie : Aujourd’hui ben non ! On est parties ben trop tôt, j’ai pas pu voilà ! Mais comment vous l’savez ?

    Garance : Y a qu’à vous regarder tiens !

    Léonie :Parce que ça s’voit rien qu’en m’regardant ? Oh ça alors chui tout' confusionée !

    Garance : Mais pourquoi ? Z’étes pas pire que d’habitude allez !

    Léonie : Ah bon alors ça va ! Puis vous savez, d’mes toilettes j’en suis contente moi. Je les ai depuis qu' j’habite l’ immeube et j’ai jamais eu de problèmes avec. Y a que pour la chasse, quèque fois ça coince un peu.

    Garance : Des toilettes pour la chasse elle est bien bonne ? Mais dites-voir, vous aimez  la chasse vous ?

    Léonie : Ah non alors j'aime pas, quel gaspillage ! Mais c’est nécessaire.. Vous m' comprenez ?

    Garance : Nécessaire ? Les bras m’en tombent. Faire disparaître ces jolies créations d'la nature, qui ne demandent qu’à vivre.  Vous les tirez vous-même ?

    Léonie :Pour sûr que voui ! Vous voudriez tout d'même pas que quéqun le fasse pour moi dites !

    Garance : Barbare ! C'est que pour l'plaisir de tirer car chui sûre qu’en plus vous en avez jamais mangé hein ? 

    Léonie : En manger mais Garance ? ? ? ? ? ? Oh je comprends allez, vous me tapinez là !

     

    © Dominique


    6 commentaires
  • LES COMMERES  

    AU THE DANSANT 

     

    "LES COMMERES AU MUSEE DU LOUVRE "  Suite...

    Garance est aussi entière et caustique
    Que  Léonie est effacée et naïve 

     

    Léonie : (Entrant chez Garance un panier à provisions à la main ) 

    –Tenez , v’la ce que vous m’avez demandé.Y a aussi vôt' journal !

    Garance :  Mettez donc l'tout sur la table  tiens !

    Léonie : Dites Garance, paraîtrait  que cet après-midi à quinze heure, à la maison du quartier y aurait bal. C’est affiché chez l'journaliste ! Voulez vous pas qu'on y aille ?

    Garance :A un  " Thé dansant".... ?

    Léonie : Ah z’ont pas dit si l’ thé était dansant, mais pt'être que pour ceux qu'aiment pas l’ thé com' vous, y z'auront surement prévu aussi l’café dansant et pt'être même l' chocolat dansant qui sait ?   

    Garance : Hé Léonie dites-voir, faut sortir un peu ! Savez donc pas qu’on dit plus « bal » d’nos jours mais " Thé dansant " l'après-midi ? N’êtes toujours pas branchée  vous hein Pfft... !

    Léonie : Ah ? Parce que vous êtes branchée vous Garance , Ah j'savais pas ! Et ça vous fait pas mal ?

    Garance : ( Goguenarde )  Et pourquoi qu'ça m'ferait mal cte blague ! Ca m' ferait mal tien ! 

    Léonie : J’ai jamais vu vôt' fil pourtant ! Et quand vous sortez, comment qu'vous faites pour la prise ?

    Garance : (Se retenant pour ne pas pouffer) Quand j'sors .... ? Ben j'mets des piles  pardi !

    Léonie: A bon ? C'est surement pour ça qu' j'étais pas au courant alors ! 

    Garance: (En riant)  Et comment que vous s'riez au courant puisque vous êtes pas branchée ? Hii...Hii  

    Léonie:  Voilà qu'vous  vous moquez encore de moi hein c'est ça ? Mais dites voirc'est pas tout  , on y va aux " boissons dansantes "  ou pas ? 

    Garance: J'sais pas trop, y a tel'ment longtemps qu' j'ai pas gambiller, puis mon cor m' fait mal aujourd'hui ! 

    Léonie: L'mien aussi m'fait mal aller et pas qu'aujourd'hui , on a pu vingt-ans dites !  C'est pour ça qu'la danse nous f'rait du bien, ça nous dérouil'rait,  un peu  comme le stylobic voui !

    Garance: Le stylo Bic ? Qu'est 'ce qu'vous racontez ? Le stylobic ça fait bouger qu'les doigts d'la main  pfft... !

    Léonie: Mais non ! Le stylobic, J'vous dis ! Sui qu'on voyait à la télé avec  Dalida puis une aut' que j'me souviens plus d'son nom  ! Elles chantaient Toutoutyoutou  ! Toutouyoutou Vous vous rapp'lez donc pas ?

    Garance: Ah vous voulez parler de "Gin -Tonic" ! Mais c'était pas Dalida qui chantait !  C'était Davina   et l'aut'  qu' avait un nom de plante à fleurs bleues, comment qu'c'était déjà  !

    Léonie: Gentiane ?... Myosotis.... ?

    Garance: Et pourquoi pas Bourrache tant que vous y êtes ? (et cherchant désespérément...)  Ah ça y est j'lai retrouvé : Véronique qu'elle s'app' lait !

    Léonie: Oui mais ça m' dit pas si on y va danser ou si on y va pas ?

    Garance: Ah mais vous êtes opinacle vous hein tot d'même .Sapeur de pompette ! Vous lâchez rien. Un vrai piteboule. D'accord on y va !

     

    A l'heure dite, à la Maison du Quartier :

    Garance: Oh y a déjà pas mal d'monde dites-voir ! Allez vite nous trouver deux places à une table ! Mon cor m' fait souffrir.Tout ça à cause de ce p'tit  cycliste qui m'est passé d'ssus.

    Léonie: Ah bon un cyclyst' vous est passé su l'corps ? Oh ben dites ! Et vous l' connaissiez d'puis longtemps ce p'tit' cyclyst' ?

    Garance: Pensez-donc , on c'était just' croisés !

    Léonie: (ouvrant de grands yeux ) Ah bon ? Tout d'même ! R'marquez bien      v'ote vie privée  me regard' pas.

    Garance : Ma vie privée ? Mais c'est pas privé ça ! Y a plusieurs personnes qu'on vu dites donc  et même que sa maman l'a grondé en disant qu'elle lui confisquerait sont  engin la prochain' fois, si faisait pas plus attention !

    Léonie  (totalement déconcertée ),  après s'être faufilée et avoir trouvé les places, fait de grands signes à Garance afin qu'elle la rejoigne.

    Léonie: V'nez vite : Ici y a  des places lib' !

    Garance (un peu déçue) Ah oui vous m'en direz tant ! A part sur la scène, pouviez pas être plus près d 'l'orchestre dites-voir ! J'me disais aussi, si rapid'ment c'est bizarre .  Enfin asseyons-nous donc !

    Léonie ne tarde pas à se faire inviter par un  vieux Monsieur. Une invitation du reste qu'elle décline vivement. 

    Garance: clin d'oeil à Léonie )  Vous avez un tiket dites-voir !

    Léonie : Peut' être bien , j'vais vois au fond d' mon sac !

    Garance: Ah celle-ci  dis-donc !  Mais j'veux pas de' ticket Léonie, J'veux simplement  dire que vous avez fait une touche, que ce vieux Monsieur a été attiré quoi ! Faut dire qu'avec votre papeau à papi...llons vous  les attirez les Papis hi...hi... Mais pourquoi donc que vous l'avez rembarrer com' ça c' pauv' homme ?

     Léonie : Pourquoi ? Mais parce qu'il m'a manqué d' respect pardi. Il m'a dit com'ça : Après  la saoule, j' reviendrai vers vous pour l'amusette. Non mais dites-voir quel buffle alors !  Non seul'ment y m' traite de saoule, mais en pus il comptait s'amuser avec moi, mais j'mange pas d' ce pain là moi que j'ai répondu ?  Y m' prenait pour qui une cowgirl pt'ête ?  ( Evidemment Léonie voulant dire call-girl ) 

    Garance:  Remarquez, un buffle a qèque fois besoin de cowgirl hein ! Oh... Oh...Hii...Hii... Oh ma pauv' c'que vous êtes  palourde tout d'même ! Vous avez fait une belle contusion tiens.  La "Soul " c'est une music' moderne, quant à l'amusette, il voulait dire  " la Musette" . La Valse Musette  pardi !   Ah décidément vous n'êtes pas sortable tiens. Aller on rentre !

     

    © Dominique   


    12 commentaires
  • LES COMMERES

    AU MUSEE DU LOUVRE   

     

     

     

      

    INSPIRATION PAR L'IMAGE 

    Garance est aussi entière et caustique
    Que  Léonie est effacée et naïve 

     

    Durant les journées du Patrimoine, les "commères" Garance et  Léonie, se rendent au « Musée du Louvre » . En sortent de l’ascenseur au Rez-de-chaussée, Garance entraïne Léonie  vers le département des " Antiquités Grecques" et la première œuvre qui s’offrira à leurs yeux, ne sera autre que "La Vénus de Milo". 

    Garance :  Ah je vais enfin voir de près,  la  fameuse "Vénus de Milo"  Depuis que je voulais la voir  cell'-ci !

    Léonie : Pourquoi ? Vouliez vous assurer qu'elle avait bien ses mille os ?

    Garance : Mille os ! Non mais, vous  des fois on s'demande si vous manque pas quèques heures de cuisson tiens . Enfin j'me comprends ! J'ai pas dit mille os , j'ai dit Milo.  En Grèce quoi ! 

    Léonie : Ouh là là , c'est compliqué tout ça dites-voir ! J'comprends plus rien.  Elle est en os ou en graisse vot' Vénus ?

    Garance : (s' avançant déjà vers l'œuvre)  Ah ben tiens la v'là !

    Léonie : (désappointée à la vue de la statue) Mais c'est qu'une statue ! Et même pas terminée en plus ! Dites Garance, pourquoi donc qu’il n’a pas terminé la statue ce M'sieur Milo ? 

    Garance :(moqueuse) Allez donc  savoir, pt' être bien qu'il manquait de marbre ? hi…hi…Ah sacrée Léonie tout d'même.  Milo se trouve dans  la mer Égée.

    Léonie (suspendue  aux lèvres de Garance attend...) Et vous avez quoi au juste ?

    Garance: Ben rien ! Pourquoi donc que j'aurais quèque chose ?  Sinon, pt' être un peu mal aux pieds,  tiens !

    Léonie: Ah ben voilà ! Vous vous moquez toujours de moi ! Voyez  bien que vous aviez pas fini vot' phrase !  Fallait dire : "Milo se trouve dans la mer et j'ai un peu mal aux pieds"

    Garance: Oh ma pauv' vous chang'rez donc jamais ?  Mais, Égée c'est le nom de la mer !

    Léonie: Eh ben dites voir, vous en savez des choses Garance, vous connaissez même le nom de la mère de M'sieur Milo ? Vous êtes bien cultivée hein ! 

    Garance: (goguenarde) Oh pour ça oui ! Mis à part les années d'jachère j' donne presque deux tonnes de patates par an, dites-donc !  hi...hi...hi !

    Léonie: (vexée)  V'là que vous vous gausser ! J'voulais dire que vous êtes... comment qu'on dit déjà ? Instructionnée ? V'là c'est ça : Instructionnée. Vous avez de l'instruction quoi ! 

    Garance: (FlattéeVoyez-donc pas que j'vous taquine hein ? Vous avez dit cultivé, comme vous auriez-dit érudit, j'sais  bien !

    Léonie: Ah ben non ! J'aurais pas pu  vous dire: Et Rudi ?  Vu que J'connais pas d'Rudi. Oh mais Garance,c'est pas possible...Je viens de penser à quèque chose !

    Garance : J'dois dire que ça vous arrive pas souvent c'est vrai, mais d' là à vous étonner. Hi...hi... !

    Léonie : V'là que vous vous gausser encore. Eh ben tiens j'dis pu rien voila !

    Garance : Faites donc pas vot' tête de mule  !

    Léonie : Eh ben voui , j'me disais que,  si Egée est le nom de la mère de M'sieur Milo et que M'sieur Milo se trouve dans sa mère, c'est donc qu'il n'est pas encore né ? 

    Garance  Et pourquoi qu'il faudrait que Milo soit encorné ?

    Léonie:  Pour faire sa Vénus  pardi !

    Garance : (d'un ton suffisant) Ma pauvre Léonie vous ne connaissez rien à la période "Hellénistique",mais j' m'en vais vous expliquer : M'sieur Milo comme vous l' appelez, il a jamais sculpté la Vénus, vu qu'il existe pas ! Milo est  une ïle,  où on a découvert  la "Vénus". D'où son nom. La Vénus, vous pensez si j'm'y connais dites-donc ; j'aime tellement  la Grèce !

    Léonie: Ho mais vous savez elle, elle vous aime pas ! Paraîtrait  à c'qui paraît, d'après Mam' Gossin, que la graisse c'est très mauvais pour la santé. Paraîtrait qu'ça donne le bon point, qu'on devient tout ventriloque et pi, très vite ombèse !  J'osais pas vous l'dire Garance , mais vous avez encore pris. Surtout dans les hanches.  

    Garance: On dit obèse Léonie ! Obèse . Ah c'est quèqu'chose quand même j'vous l'dis moi !

    Léonie: Oh vous êtes pointilliste dites donc ! Ombèse, obèse quèque sa change ?

    Garance: Pour vous pas grand chose ! ( puis d' un ton mordant) Alors com' ça j'aurais pris dans les hanches tiens, alors que j'porte la gaine "Nymphette" de chez Prétexte. Non mais ?  Ah c'est sûr que chez vous  y a pas grand chose dans les hanches, pas plus qu'ailleurs du reste si vous voyez ce que j'veux dire ?  De toute façon, c'est pas d'la même Grèce que j'parle. Moi j' parle de la Grèce des hellènes , mais vous connaissez pas  les hellènes vous alors. Pfft.... !  

    Léonie: Ah mais voui que j'les connais les hélènes, vous m' prendriez pas pour une igname tout d'même ? Y a : Hélène et les Garçons, Hélène Segara, Hélène, la nièce de Mam' Sabord, y a aussi une autre Hélène qui paraîtrait à c'qui parait d'après Mam' Jubi , qu'est très connue, Ménélas j'sais pu  bien pourquoi. Elle m'a dit comme ça un jour, qu'elle avait vu un fim, un Pimpon j'crois bien, et qu'cette Hélène là he ben elle s'était enfuie d'chez elle car il aimait beaucoup Paris. Pensez, la capitale ça attire du monde !

    Garance: (découragée)  Evidemment, évidemment ! Je crois qu'on a fait le tour de La Vénus . Allons  donc  voir la " Victoire de Samothrace" et pour gagner du temps, j'résume:  M'sieur Samothrace n'existe pas plus qu' M'sieur Milo et ben qu'les deux soient d'la mer Egée, sont pas frères pour autant; puisque Samothrace est aussi une île. Cette Statue porte ce nom parce qu'elle a été retrouvée sur cette île et elle représente la déesse Niké. 

    Léonie: Oh Garance c'est grossier ! Faut pas dire de vilains mots, c'est pas d' vous ça !  

    Garance : Vilain mot, mais quel vilain mot ? Ah... mais dites voir, vous auriez pas l'esprit mal placé vous ?  Evidemment que c'est pas d'moi, puisque c'est le nom de la déesse qui représente la Victoire.  Aller Oust, c'est assez pour aujourd'hui hein ? On lèv' le camp ! 

     

    © Dominique  


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique