•  

    Le Liftier

     

    ( Ou  l'Ambigu Dialogue ) 

     

     

    Au second étage d'un grand magasin, en période de fêtes; une dame  ayant en main deux pagaies, attend l'ascenseur. Elle est là depuis un long moment et bien qu'elle ait appuyé comme il se doit, sur le bouton d'appel, rien ne se passe. Attendre ainsi ce n'est déjà pas évident, mais avec des pagaies, ce n’est pas gai. Enfin comme tout arrive, l'ascenseur aussi. 

     - C'est pour monter !  Dit  la charmante personne lorsque s'ouvre la porte  

    - Pour votre thé il vous faut descendre ! Répondit le liftier  (Le salon de thé était au premier étage) 

      - Si pour mon thé il me faut des cendres, pour mon cendrier est-ce qu'il me faut mon thé ? Ne put s'empêcher  d'ironiser la dame. 

    - Ah non Madame pour votre cendrier il faut aussi descendre !

    - Ce qui ,somme toute est normal ! Plaisanta-t-elle encore. 

    - Le thé est en bas,  le cendrier également soit; mais dites-moi, que trouve-t-on en haut ?

     - Les bas sont en haut Madame ! Quant aux hauts, c'est en  bas !

     - Effectivement j'ai vu des hauts en bas, mais je n'ai vu aucun dessous !

     - C'est naturel ! Pour les dessous, c'est au-dessus avec les bas !

     - Mais pourquoi sans cesse descend-t-on ?

    - Des santons ? C'est pour les mettre dans les crèches évidemment !

     - Oui cela va de soi ! Ce que je voulais dire; c'est pourquoi descendons-nous sans arrêt ?

    - Mais descendre sans arrêts cela est impossible Madame ! Des personnes sont bien descendues n'est-ce pas ? Il y a donc eu  arrêts !

     Et la dame excédée : 

     -  Ces personnes sont certes  bien descendues Monsieur, mais moi maintenant je suis bien remontée. Devoir descendre alors que l'on désire monter c'est un peu fort de café !

     - Le café  est fort en effet,  je le pense également ! C'est pourquoi je préfère mon thé.

    - Mais  c'est aussi  ce que je préfère :  Monter  !!!

    - Désolé Madame de devoir interrompre cette conversation sur nos préférences,  mais il faut que je m'assure d'une chose  : 

    - Y a -t-il Messieurs, Dames, parmi-vous des personnes qui désirent montez ?

     

      © Dominique

     


    11 commentaires
  •  

     

    En  BLEU  les  Patronymes
      Des 
    " Premiers Ministres Français "
        D' Henri  IV   à la  V ème République

          

     

     

    Joseph GERARD  dit à  son hôte , Édouard SIMON  en arrivant dans la demeure de ce dernier :

     

    - Quel  RICHELIEU  SIMON  le  plus beau de COMBES !

     

    - DESSOLE  GERARD  !  Par ce CHAUTEMPS, je n'ai plus de château  LAFFITE cela ne te fera pas MARET je  le sais bien, mais il ne me reste dans le BUFFET qu'un fond de BOURBON, un THIERS de  PERIER , du GAMBETTA  et... de l'eau  DUPUY  Aucune crainte d'être  SOULT.

    - J'en pendrai un peu dans un GOBLET, mais pour des BOURGEOIS, ce n'est pas BRIAND  mon GAILLARD  on te croirait FAUCHER !

     Edoaurd SIMON demanda sa gouvernante  (d'origines Italiennes) :

    - MELINE ! Pouvez-vous nous préparer un en-cas ?

    - MA ZA RIN   M'sieur !

    - Des œufs MOLLET, un peu de CRESSON  feront  l'affaire !

    - CISSEY qu'ça !  L' temps de passer  l' SARRAUT  FLEURY  qu'est  SULLY  et mon BONNET  et zé   fais !

    -V'là !  Zé  aussi  sorti   LEPAINLEVE   DUFAURE !

    Lorsqu' il VILLEPIN SIMON  se tourna vers son ami en lui disant

    - Tu as vu dis  JO  SPIN  ?

    Ils déjeunèrent de bon appétit puis l'hôte  dit à son invité  : 

    -  Il faut maintenant penser  à rentrer.  Allons  il est temps FILLON

    - Deux minutes, le temps de boire un dernier verre d'eau de VALLS !

    Très pressé, en entendant ceci , Édouard  (fit lippe)  PHILIPPE

     

    © Dominique

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Des Petits Signes pourtant SI Importants !

     

    Mais qu'est donc qu'une cédille ?
    Sinon un signe diacritique
    Elle n'est cependant pas vétille
    Et il peut devenir critique
    Que de l'omettre en écrivant :

     

    Maçonnerie sans la cédille en est une vraie, sans conteste

    L'oublier aussi dans leçon, le mot devient impolitesse

     

     

    Mais qu'est donc qu'une virgule ?
    Sinon un signe minuscule
    Qui marque la ponctuation
    Mais toute la difficulté
    Et de savoir la bien placer

     

    L'institutrice a dit, cette oisive Lucile n'a pas fait son devoir

    L'institutrice a dit cette oisive, Lucile n'a pas fait son devoir

     

    Tout devient alors différent !

     

     ♦  

     

    Mais qu'est donc qu'une apostrophe ?
    Un petit signe polymorphe
    Puisqu'en bas il devient virgule
    Mais grave serait l'omission
    Du  signe indiquant l'élision
     

    Il a épousé une jeune femme d' Inde

    Il a épousé une jeune femme dinde

     

    Pauvre garçon qui se retrouve alors être l'époux d'une niaise
    Alors qu'il se croyait celui d'une Indienne

     

     ♦ 

     

     Devoir écrire en bon Français

     N'est pas toujours une  chose aisée !

     

     

     

    © Dominique

     

     


    6 commentaires
  •  

    Au Pays de Fées !

    gif_fee4.gif

     

    Au pays des Fées, chacun sait que rien n'est impossible!  Tout animal, tout végétal, tout minéral est, tout autant que nous le sommes, doté de parole. Ce qui en fait un monde fantastique.

    Est-ce pour autant  qu'il y  règne la tolérance et l'égalité...? Poussons donc la porte du "Pays des Fées "et allons  par nous-mêmes vérifier  si tout est, comme nous l'imaginons  et voyons comment chez ces  "Dames", tout s'organise:

     

     

    gif_fee4.gif  La Férue: Est la pédagogue des autres fées

                           La Fée Librige: Enseigne le Provençal

                   La Fée Tarde:  Organise les divertissements

                   La Fée Ministe : Est une chienne de garde

                       La Fée Stoyer: Est cordon-bleu  et caviste

                        La Fée Ta:  (d'origines Grecques) Fait les fromages

                  La Fée Brifuge: Soigne

                  La Fée Brile: Est souvent nerveuse

                  La Fée Conde: Est toujours  enceinte

                  La Fécule :   Amidonne leurs ailes

                  La Fée Dératrice: Procède  aux rassemblements

                 La  Fée Erique: Est  Merveilleuse

                 La  Fé Rié :  Est toujours désœuvrée

                 La  Fée Sue: Est "Callipyge" 

                 La  Féé Line : Est agile

                 La  Fée Lure:   Se "lézarde" un peu

                 La  Fée Roce : Est parfois  très violente

                 La Fée Lonne: Est déloyale 

                 La Fée Ale : Est dévouée et fidèle

      gif_fee4.gifQuant à La Fée Tu: Elle est  tellement minuscule et légère...                                                                                                                                            

     

    15   Octobre 2011

    © Dominique 

     

    "Callipyge" ( qui a de belles fesses ) 


    5 commentaires
  •  

     

    J'eus durant mon activité professionnelle, la possibilité  de  me familiariser avec les noms (tant scientifiques  que communs) des

    " Poissons Exotiques"

     J'ai  alors pensé, de façon je l'espère amusante,d' inclure en  BLEU dans un petit texte de mon cru, les noms de certains de ces poissons. Ce qui n'a d'autre prétention, que celle d'être ludique.    

    x 3c54bac1-2

     

    Acara-Balentocheilus,Chirurgien-Gastéropélécus, avait épousé Doras castaneoventris- la petite fille de Theutis Acanthuridés Ex Chirurgien lui-même et d'origine Grecque également. Les carabins facétieux  avaient   donné à  Theutis le surnom de Chirurgien à Joues Blanches,  en raison des rouflaquettes de même couleur; qui recouvraient la majorité de son visage. Déjà âgé, mais âgé ne voulant pas dire Betta, indubitablement; grand-père Theutis, n'avait pas vu d'un très bon œil que Doras, (Ah combien il l'aimait cette Petitella ! ) secrétaire de son état et Sténodon,  ait épousé celui qu'il nommait le Bagnard, en raison de sa prédilection pour les costumes rayés façon Pyjama ou, parfois  selon son humeur, le Requin argenté, car Acara Balentocheilus  s'était offert un beau Voilier des Célèbes et un ranch, dans le Colorado près du Jack Dempsey Park, mais de façon pas toujours licites et Theutis  n'aimait pas  le comportement de ce Barbus-requin aux dents longues.Lorsqu'il le voyait pérorer il pensait alors: Tu te Gouramy  si tu crois que cela va se passer de la sorte et, il  trouvait que sa petite fille, avait fait une  Pholis que d' épouser ce type. Il se promit de lui dire un jour, ce qu'il pensait de cela, entre Quatre yeux. Lui n'étant pas comme cet homme, avide d'argent, il avait volontiers accepté que Leuciscus Cyprinidés, le cadet de sa seconde fille, se produise, dans un cirque en tant que Clown. Grand-père Theutis  avait gardé de sa jeunesse un souvenir ému pour le Cirque. Il se souvenait y avoir vu évoluer le "Combattant du Simor" qu'il regardait avec de Gros yeux, les Clowns "Barrosia barrosi ", l'home à la tête-de-serpent qui se faisait appeler "Giant snakehead", l'acrobate qui marchait Tête en bas, les Demoiselles bleues des Caraïbes qui dansaient si bien, tandis que des Comètes étincelantes, virevoltaient sous le chapiteau et, surtout.. Surtout, il gardait en mémoire  son fait de bravoure : Avoir eu un jour, encore tout jeune enfant, le cran de caresser une Tête de lion même si de peur, il Serranus. Le cirque fut sa passion au point tel, qu'il voulut un jour suivre la petite troupe des "Cichlidés" dans ses pérégrinations. Avec l'accord de ses parents, il devint équilibriste sur Perche de verre ; mais au cours de l'une de ses exhibitions, il se Panchax plus qu'il n'aurait  fallu et tombant, se Phractura la cheville et se rompit le tendon d' Achilles. Ses rêves alors s'envolèrent. Il comblât ce vide immense, par les études et  notamment, celles de la chirurgie osseuse. Il devint plus tard Chirurgien orthopédiste.

     

    Mais revenons, si vous le voulez bien, à Leuciscus son petit fils l'Auguste du nom de "Barbatus". Cabotbouche ronde et Nez rouge asiatique sous son Chapeau aPlaty.il jouait du bandoNéon avec son acolyte, le clown blanc " Telmato". Ce duo avait pour nom de scène "Lo vulpinus" et tous les gosses riaient, lorsque les deux compères, après  chacune  de leurs pitreries, lançaient à la cantonade :

     

        Alors c'est-y pas Botia les p'tits n'enfants ?

     

     

     

    © Dominique


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique