•  

    Quels sont ces yeux ?

     

    Mes poèmes : Quels sont ces yeux ?

     

    Quels sont ses yeux qui me regardent
    Comme s’ils ne m’avaient jamais vue
    Cette face qui m’est inconnue
    D’une insipidité blafarde
    Il me semble de cette femme
    Pourtant me souvenir des traits
    Sous l’ovale de son visage
    Cependant loin d’être parfait
    Et son pâle et triste sourire
    Me rappelle en un bref instant
    Cet autre gai et facétieux
    Qui découvrait de blanches dents
    Son bras s’avance à me toucher
    Tandis que je sens sous ma main
    Le lustre brillant et glacé
    De mon vieux miroir Vénitien 

     

    © Dominique

     

     


    2 commentaires
  • L'ASSOMPTION 
     
    ASSOMPTION DE LA STE VIERGE par Nicolas POUSSIN relief
      L'Assomption de la  Vierge par Nicolas Poussin

     

     

    Ô Vierge Marie !
    Vous qui fûtes choisie
    Pour porter et enfanter le « Verbe »
    Vous qui avez subi
    Sur le mont Golgotha
    La souffrance suprême
    Assistant à l’infâme
    L’ignominieuse crucifixion du fils de Dieu
    De votre fils bien aimé Jésus Notre Seigneur
    Vous qui L’avez recueilli dans vos bras
    A la descente de la croix
    Qui avez ôté de Son visage, de Sa bouche
    De Ses cheveux, le sang qui s’y était répandu
    Vous qui avez oint d’onguents toutes Ses plaies
    Avant Sa mise au tombeau
    Vous Ô Très Sainte Mère
    Qui avez dû supporter l’insupportable
    Voilà que dans Votre dormition
    Des anges sont venus vous enlever
    Vous élever, afin de vous déposer
    Sur votre Céleste trône où Vous régnez
    Dans la maison du Père auprès de Jésus
    Pour l’éternité.
     

     

    © Dominique

     

     


  •  

    Caravaggio au Musée des beaux-arts du Canada - Une ... « Diseuse de bonne aventure »  par  Le Caravage

     

    " La Diseuse de Bonne Aventure"

     

             Jeune homme  je peux lire en  cette main ouverte
    Qu’une grande destinée à vous sera offerte
       Vous parcourrez le monde, ferez de grands voyages
         Et serez à la tête de très grands équipages
    Je vois autour de vous  des Ors, des pierreries
      Vous marchez en des salles constellées d’armoiries
    Côtoyez de grands hommes et de très belles Dames
    Qui ne resteront point insensibles à vos charmes
    Serez également  un bretteur renommé
         Cependant ce talent sera vite oublié
    Pour la postérité ne sera pas notoire
    Et ne s’inscrira point de ce fait dans l’Histoire
    Le Damoiseau ravi de telles prédictions
    Se perdit aussitôt en des supputations
      Serait-je donc Marquis, Duc ou Prince consort
    Mais quoiqu’il en puisse être, fort ravi de mon sort
    Égaré qu’il était  en ses spéculations
         Il  omit le naïf de prêter attention
    A la dextérité de cette main légère
      Qui de fait, lui avait soustrait sa chevalière
    Quant à la prédiction si elle n’eut point menti
    La  vérité en fut pour le moins travestie
    Tout se réalisa ,il côtoya la Cour
     Fut très proche du Roi, porta de beaux autours
    Car il fut d’Henri III  l’un des célèbres « Mignons »
    Son patronyme était Louis de Maugiron *
     

      

    © Dominique

     

    * Louis de Maugiron, dit « le Beau Borgne », était l'un des mignons du roi Henri III de France

     


    3 commentaires
  • Jeu de Lettres
     

    Chez Lady Marianne


     Qui nous dit ceci :

    Avec les lettres proposées,
    faire des mots de 5 lettres au moins et au moins 5 mots
     

    puis les inclure dans un texte sur un thème de votre choix
    ou pour corser faire le texte en rapport avec le mot trouvé.

     

    celles qui ne font pas de texte, trouver le plus de mots possible
    pas moins de 5 lettres-

    pensez --anagramme

    Je vous propose 13 LETTRES 

    voici les lettres

      A E I U U U U C F R R S T 

    LE MOT EST :

     USUFRUCTUAIRE

    nom    adjectif- neutre-
    qui ne donne que la faculté de jouir des fruits-
    ( droit )

    Le curateur, réactif sorti du casier les factures, dans sa fureur il éructa des jurons. Il ruserait pour trouver les fauteurs dont les cafteurs avaient fait état.Il ne ne tolérait pas de tels actes et refusait la cruauté de ces escrocs. Sa réputation n’étant pas surfaite tel un suricate, il épia, scruta les facteurs de la situation il userait de toutes ses compétences et surferait sur tous les sites s’il le fallait pour sauvegarder le droit usufructuaire de la fratrie mineure

     

    © Dominique


    7 commentaires
  •  CONVERSATION

     

    Mes Poèmes : CONVERSATION !

     

    Dis moi un peu César quel effet cela fait

    Que d'avoir sa statue dans sa ville de naissance ?

    On t’a exprimé là, grande reconnaissance

     

    Eh oui Maître Panisse… Eh ben oui tu l’as dit !

    Mais je sens dans ta voix un peu de moquerie

    C’est pas ma faute à moi si t’as pas la pareille

    Près de la Canebière, sur une place de Marseille

     

    Mon Bon césar !  Voilà encore que tu t’emportes

    Je ne me moque pas ! Je n’en ai point, qu’importe ?

    Sur la place baptisée « Raimu » ton nom d’artiste

    Que t'y sois à l’honneur, cela n’est que justice

     

    Tè vé ! Tu me dis ça  parce que t'es avec moi

    Tu dirais la même chose si tu n’y étais pas ?

     

    Vois-tu «  Môsieur César »,  je ne suis pas jaloux

    Etre assis près de toi me flatte, voila tout !

    Parce que tu es mon ami et que notre amitié

    Est de la sorte entrée dans l’immortalité

     

    Oh dis donc Honoré, ce que tu parles bien !

    Je te fais mes excuses ! Tu m’en veux pas dis… Hein ?

    Je m’emporte assez vite, enfin tu me connais

    Je sais que t' es brave homme, ne sois pas rancunier

    Et puis je vais répondre tu vois à ta question

    L’effet que ça ma fait ? Ben, je vais te le dire

    Moi qu’on a dit grincheux, moi qu’on a dit bourru

    A toi je te l’avoue Honoré : Je suis ému !

    Et de voir tout ce monde qui nous prend en photo

    Après tellement d’années, je trouve que c’est beau   

    Et si notre sculpteur nous avait fait un cœur

    Je crois bien Honoré, que couleraient mes pleurs

    Mais pour te dire vrai, j’ai quand même de la peine

    Je pense à Monsieur Brun, je pense au Capitaine

    Qui tous les deux étaient aussi de la «  Partie »

    Je regrette qu’avec nous ils ne soient pas assis

    Et de voir devant nous, que leurs chaises sont vides

    Bien qu'étant fait en bronze, je suis pas impavide


     © Dominique


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires