• LES COMMERES  

    AU THE DANSANT 

     

    "LES COMMERES AU MUSEE DU LOUVRE "  Suite...

    Garance est aussi entière et caustique
    Que  Léonie est effacée et naïve 

     

    Léonie : (Entrant chez Garance un panier à provisions à la main ) 

    –Tenez , v’la ce que vous m’avez demandé.Y a aussi vôt' journal !

    Garance :  Mettez l'donc l'tout sur la table  tiens !

    Léonie : Dites Garance, paraîtrait  que cet après-midi à quinze heure, à la maison du quartier y aurait bal. C’est affiché chez l'journaliste ! Voulez vous pas qu'on y aille ?

    Garance :A un  " Thé dansant".... ?

    Léonie : Ah z’ont pas dit si l’ thé était dansant, mais pt'être que pour ceux qu'aiment pas l’ thé com' vous, y z'auront surement prévu aussi l’café dansant et pt'être même l' chocolat dansant qui sait ?   

    Garance : Hé Léonie dites-voir, faut sortir un peu ! Savez donc pas qu’on dit plus « bal » d’nos jours mais " Thé dansant " l'après-midi ? N’êtes toujours pas branchée  vous hein Pfft... !

    Léonie : Ah ? Parce que vous êtes branchée vous Garance , Ah j'savais pas ! Et ça vous fait pas mal ?

    Garance : ( Goguenarde )  Et pourquoi qu'ça m'ferait mal cte blague ! Ca m' ferait mal tien ! 

    Léonie : J’ai jamais vu vôt' fil pourtant ! Et quand vous sortez, comment qu'vous faites pour la prise ?

    Garance : (Se retenant pour ne pas pouffer) Quand j'sors .... ? Ben j'mets des piles  pardi !

    Léonie: A bon ? C'est surement pour ça qu' j'étais pas au courant alors ! 

    Garance: (En riant)  Et comment que vous s'riez au courant puisque vous êtes pas branchée ? Hii...Hii  

    Léonie:  Voilà qu'vous  vous moquez encore de moi hein c'est ça ? Mais dites voirc'est pas tout  , on y va aux " boissons dansantes "  ou pas ? 

    Garance: J'sais pas trop, y a tel'ment longtemps qu' j'ai pas gambiller, puis mon cor m' fait mal aujourd'hui ! 

    Léonie: L'mien aussi m'fait mal aller et pas qu'aujourd'hui , on a pu vingt-ans dites !  C'est pour ça qu'la danse nous f'rait du bien, ça nous dérouil'rait,  un peu  comme le stylobic voui !

    Garance: Le stylo Bic ? Qu'est 'ce qu'vous racontez ? Le stylobic ça fait bouger qu'les doigts d'la main  pfft... !

    Léonie: Mais non ! Le stylobic, J'vous dis ! Sui qu'on voyait à la télé avec  Dalida puis une aut' que j'me souviens plus d'son nom  ! Elles chantaient Toutoutyoutou  ! Toutouyoutou Vous vous rapp'lez donc pas ?

    Garance: Ah vous voulez parler de "Gin -Tonic" ! Mais c'était pas Dalida qui chantait !  C'était Davina   et l'aut'  qu' avait un nom de plante à fleurs bleues, comment qu'c'était déjà  !

    Léonie: Gentiane ?... Myosotis.... ?

    Garance: Et pourquoi pas Bourrache tant que vous y êtes ? (et cherchant désespérément...)  Ah ça y est j'lai retrouvé : Véronique qu'elle s'app' lait !

    Léonie: Oui mais ça m' dit pas si on y va danser ou si on y va pas ?

    Garance: Ah mais vous êtes opinacle vous hein tot d'même .Sapeur de pompette ! Vous lâchez rien. Un vrai piteboule. D'accord on y va !

     

    A l'heure dite, à la Maison du Quartier :

    Garance: Oh y a déjà pas mal d'monde dites-voir ! Allez vite nous trouver deux places à une table ! Mon cor m' fait souffrir.Tout ça à cause de ce p'tit  cycliste qui m'est passé d'ssus.

    Léonie: Ah bon un cyclyst' vous est passé su l'corps ? Oh ben dites ! Et vous l' connaissiez d'puis longtemps ce p'tit' cyclyst' ?

    Garance: Pensez-donc , on c'était just' croisés !

    Léonie: (ouvrant de grands yeux ) Ah bon ? Tout d'même ! R'marquez bien      v'ote vie privée  me regard' pas.

    Garance : Ma vie privée ? Mais c'est pas privé ça ! Y a plusieurs personnes qu'on vu dites donc  et même que sa maman l'a grondé en disant qu'elle lui confisquerait sont  engin la prochain' fois, si faisait pas plus attention !

    Léonie  (totalement déconcertée ),  après s'être faufilée et avoir trouvé les places, fait de grands signes à Garance afin qu'elle la rejoigne.

    Léonie: V'nez vite : Ici y a  des places lib' !

    Garance (un peu déçue) Ah oui vous m'en direz tant ! A part sur la scène, pouviez pas être plus près d 'l'orchestre dites-voir ! J'me disais aussi, si rapid'ment c'est bizarre .  Enfin asseyons-nous donc !

    Léonie ne tarde pas à se faire inviter par un  vieux Monsieur. Une invitation du reste qu'elle décline vivement. 

    Garance: clin d'oeil à Léonie )  Vous avez un tiket dites-voir !

    Léonie : Peut' être bien , j'vais vois au fond d' mon sac !

    Garance: Ah celle-ci  dis-donc !  Mais j'veux pas de' ticket Léonie, J'veux simplement  dire que vous avez fait une touche, que ce vieux Monsieur a été attiré quoi ! Faut dire qu'avec votre papeau à papi...llons vous  les attirez les Papis hi...hi... Mais pourquoi donc que vous l'avez rembarrer com' ça c' pauv' homme ?

     Léonie : Pourquoi ? Mais parce qu'il m'a manqué d' respect pardi. Il m'a dit com'ça : Après  la saoule, j' reviendrai vers vous pour l'amusette. Non mais dites-voir quel buffle alors !  Non seul'ment y m' traite de saoule, mais en pus il comptait s'amuser avec moi, mais j'mange pas d' ce pain là moi que j'ai répondu ?  Y m' prenait pour qui une cowgirl pt'ête ?  ( Evidemment Léonie voulant dire call-girl ) 

    Garance:  Remarquez, un buffle a qèque fois besoin de cowgirl hein ! Oh... Oh...Hii...Hii... Oh ma pauv' c'que vous êtes  palourde tout d'même ! Vous avez fait une belle contusion tiens.  La "Soul " c'est une music' moderne, quant à l'amusette, il voulait dire  " la Musette" . La Valse Musette  pardi !   Ah décidément vous n'êtes pas sortable tiens. Aller on rentre !

     

    © Dominique   


    7 commentaires
  •  

    Le " Pantoum" consiste en une suite de quatrains
    (d'octosyllabes ou de décasyllabes )
    le même mètre doit être  conservé dans tout le poème
     dans lequel s'appliquent deux systèmes de reprises
     A savoir : Le deuxième et le quatrième vers de chaque strophe doivent
    respectivement être  repris 
    comme premier et troisième vers de la strophe suivante
     
      

    N Y X


    CIEL-ET-ETOILES.jpg

     

    Ô Nyx* qui nous fait don de tes heures propices
    Afin que l’on s’évade de ce monde réel
    Pour aller par le rêve vivre l’intemporel
    Où en cet univers nous goûtons aux délices
     
    Afin que l’on s’évade de ce monde réel
    Tu nous offres l’ éther, l’espace pour calice
    Où en cet univers nous goûtons aux délices
    L’espace d’un instant dans le surnaturel
     
    Tu nous offres l’ éther, l’espace pour calice
    Nous abreuve de nectar aussi bien que de fiel
    L’espace d’un instant dans le surnaturel
    Si de notre sommeil tu es conjuratrice
     
    Nous abreuve de nectar aussi bien que de fiel
    Ne reculant devant aucun de tes caprices
    Si de notre sommeil tu es conjuratrice
    Le rêve devient bientôt cauchemar démentiel


    © Dominique

     

    * Nyx étant  la personnification de la Nuit


    7 commentaires
  •  

    Chaque pas !  

     

     

    Chaque pas que je fais encor vers l’avenir
    Creuse un peu plus l’abîme du passé, de l’enfance
    Réduisant peu à peu ce qu’est mon devenir
    Orchestrant par ce fait, la fatale échéance
    Dont je me soucie plus, que je ne la redoute
    Sachant bien qu’elle sera gagnante en cette joute
    Gagnante cela est sûr, mais de quelle façon
    Qu’elle arme fourbira-t-elle pour mon exécution
    Son toxique venin qui tue à faibles doses
     
    Dont l’insipidité plus encore nous expose
    Ou bien le fléau d’arme, comme il sied aux combats ?
    Lequel frappe un seul coup et ne pardonne pas
    Si je pouvais choisir l’option de cette chute
    Ce serait la seconde, la première me rebute
    Partir rapidement ne pas m’apercevoir
    De la décrépitude, cet abus de pouvoir
    Qui rongera mon corps, volera ma raison
    S’appropriera ma vie par sa domination
    J’opterais volontiers pour une fin précoce
    Plutôt que vivre âgée, mais de façon atroce
    D’aucuns ne trouveront que faiblesse, lâcheté
    A ce que je pense n’être, que légitimité

     

     

    © Dominique

     

     

     

     

     




    6 commentaires
  •  INSPIRATION PAR L' IMAGE

     " LA VENUS DE MILO  " 

     

    INSPIRATION PAR L'IMAGE :  "LES COMMERES "

    Les COMMERES au MUSEE du LOUVRE  

      

    INSPIRATION PAR L'IMAGE 

    Garance est aussi entière et caustique
    Que  Léonie est effacée et naïve 

     

    Durant les journées du Patrimoine, les "commères" Garance et  Léonie, se rendent au « Musée du Louvre » . En sortent de l’ascenseur au Rez-de-chaussée, Garance entraïne Léonie  vers le département des " Antiquités Grecques" et la première œuvre qui s’offrira à leurs yeux, ne sera autre que "La Vénus de Milo". 

    Garance :  Ah je vais enfin voir de près,  la  fameuse "Vénus de Milo"  Depuis que je voulais la voir  cell'-ci !

    Léonie : Pourquoi ? Vouliez vous assurer qu'elle avait bien ses mille os ?

    Garance : Mille os ! Non mais, vous  des fois on s'demande si vous manque pas quèques heures de cuisson tiens . Enfin j'me comprends ! J'ai pas dit mille os , j'ai dit Milo.  En Grèce quoi ! 

    Léonie : Ouh là là , c'est compliqué tout ça dites-voir ! J'comprends plus rien.  Elle est en os ou en graisse vot' Vénus ?

    Garance : (s' avançant déjà vers l'œuvre)  Ah ben tiens la v'là !

    Léonie : (désappointée à la vue de la statue) Mais c'est qu'une statue ! Et même pas terminée en plus ! Dites Garance, pourquoi donc qu’il n’a pas terminé la statue ce M'sieur Milo ? 

    Garance :(moqueuse) Allez donc  savoir, pt' être bien qu'il manquait de marbre ? hi…hi…Ah sacrée Léonie tout d'même.  Milo se trouve dans  la mer Égée.

    Léonie (suspendue  aux lèvres de Garance attend...) Et vous avez quoi au juste ?

    Garance: Ben rien ! Pourquoi donc que j'aurais quèque chose ?  Sinon, pt' être un peu mal aux pieds,  tiens !

    Léonie: Ah ben voilà ! Vous vous moquez toujours de moi ! Voyez  bien que vous aviez pas fini vot' phrase !  Fallait dire : "Milo se trouve dans la mer et j'ai un peu mal aux pieds"

    Garance: Oh ma pauv' vous chang'rez donc jamais ?  Mais, Égée c'est le nom de la mer !

    Léonie: Eh ben dites voir, vous en savez des choses Garance, vous connaissez même le nom de la mère de M'sieur Milo ? Vous êtes bien cultivée hein ! 

    Garance: (goguenarde) Oh pour ça oui ! Mis à part les années d'jachère j' donne presque deux tonnes de patates par an, dites-donc !  hi...hi...hi !

    Léonie: (vexée)  V'là que vous vous gausser ! J'voulais dire que vous êtes... comment qu'on dit déjà ? Instructionnée ? V'là c'est ça : Instructionnée. Vous avez de l'instruction quoi ! 

    Garance: (FlattéeVoyez-donc pas que j'vous taquine hein ? Vous avez dit cultivé, comme vous auriez-dit érudit, j'sais  bien !

    Léonie: Ah ben non ! J'aurais pas pu  vous dire: Et Rudi ?  Vu que J'connais pas d'Rudi. Oh mais Garance,c'est pas possible...Je viens de penser à quèque chose !

    Garance : J'dois dire que ça vous arrive pas souvent c'est vrai, mais d' là à vous étonner. Hi...hi... !

    Léonie : V'là que vous vous gausser encore. Eh ben tiens j'dis pu rien voila !

    Garance : Faites donc pas vot' tête de mule  !

    Léonie : Eh ben voui , j'me disais que,  si Egée est le nom de la mère de M'sieur Milo et que M'sieur Milo se trouve dans sa mère, c'est donc qu'il n'est pas encore né ? 

    Garance  Et pourquoi qu'il faudrait que Milo soit encorné ?

    Léonie:  Pour faire sa Vénus  pardi !

    Garance : (d'un ton suffisant) Ma pauvre Léonie vous ne connaissez rien à la période "Hellénistique",mais j' m'en vais vous expliquer : M'sieur Milo comme vous l' appelez, il a jamais sculpté la Vénus, vu qu'il existe pas ! Milo est  une ïle,  où on a découvert  la "Vénus". D'où son nom. La Vénus, vous pensez si j'm'y connais dites-donc ; j'aime tellement  la Grèce !

    Léonie: Ho mais vous savez elle, elle vous aime pas ! Paraîtrait  à c'qui paraît, d'après Mam' Gossin, que la graisse c'est très mauvais pour la santé. Paraîtrait qu'ça donne le bon point, qu'on devient tout ventriloque et pi, très vite ombèse !  J'osais pas vous l'dire Garance , mais vous avez encore pris. Surtout dans les hanches.  

    Garance: On dit obèse Léonie ! Obèse . Ah c'est quèqu'chose quand même j'vous l'dis moi !

    Léonie: Oh vous êtes pointilliste dites donc ! Ombèse, obèse quèque sa change ?

    Garance: Pour vous pas grand chose ! ( puis d' un ton mordant) Alors com' ça j'aurais pris dans les hanches tiens, alors que j'porte la gaine "Nymphette" de chez Prétexte. Non mais ?  Ah c'est sûr que chez vous  y a pas grand chose dans les hanches, pas plus qu'ailleurs du reste si vous voyez ce que j'veux dire ?  De toute façon, c'est pas d'la même Grèce que j'parle. Moi j' parle de la Grèce des hellènes , mais vous connaissez pas  les hellènes vous alors. Pfft.... !  

    Léonie: Ah mais voui que j'les connais les hélènes, vous m' prendriez pas pour une igname tout d'même ? Y a : Hélène et les Garçons, Hélène Segara, Hélène, la nièce de Mam' Sabord, y a aussi une autre Hélène qui paraîtrait à c'qui parait d'après Mam' Jubi , qu'est très connue, Ménélas j'sais pu  bien pourquoi. Elle m'a dit comme ça un jour, qu'elle avait vu un fim, un Pimpon j'crois bien, et qu'cette Hélène là he ben elle s'était enfuie d'chez elle car il aimait beaucoup Paris. Pensez, la capitale ça attire du monde !

    Garance: (découragée)  Evidemment, évidemment ! Je crois qu'on a fait le tour de La Vénus . Allons  donc  voir la " Victoire de Samothrace" et pour gagner du temps, j'résume:  M'sieur Samothrace n'existe pas plus qu' M'sieur Milo et ben qu'les deux soient d'la mer Egée, sont pas frères pour autant; puisque Samothrace est aussi une île. Cette Statue porte ce nom parce qu'elle a été retrouvée sur cette île et elle représente la déesse Niké. 

    Léonie: Oh Garance c'est grossier ! Faut pas dire de vilains mots, c'est pas d' vous ça !  

    Garance : Vilain mot, mais quel vilain mot ? Ah... mais dites voir, vous auriez pas l'esprit mal placé vous ?  Evidemment que c'est pas d'moi, puisque c'est le nom de la déesse qui représente la Victoire.  Aller Oust, c'est assez pour aujourd'hui hein ? On lèv' le camp ! 

     

    © Dominique  


    6 commentaires
  •  
           Sophie Anderson - The Turtle Dove
      Tableau de Sophie Anderson :  La Tourterelle 
     

    La Tourterelle 

     

    La fillette souffrait sa mère l’avait quittée
    Son cœur las, épuisé, avait cessé de battre
    Soudainement partie, par un beau jour d’été
    L’enfant était prostrée, elle ne pouvait combattre
    La douleur, l’affliction de son premier chagrin
    Sa belle, douce Maman était partie sans elle
    Elle était effondrée, mais comment ferait-elle
    Pour seule désormais parcourir le chemin
    Chemin d’une jeune vie qu’elle empruntait à peine
    Qui lui paraissait sombre et inintéressant
    Elle n'y survivrait pas la petite Madeleine
    Puisqu’elle n’avait plus, auprès d’elle sa Maman
    Le visage raviné par le flot de ses larmes
    Elle voulut pour sa mère, porter habits de deuil
    Trop jeune pour du noir, elle consentit au parme
    Et passait tout son temps, lovée dans un fauteuil
    Un jour s’y endormant elle avait fait un songe
    Dans lequel sa Maman s'en  revenait vers elle
    Voulant inconsciemment que le rêve se prolonge
    Elle la vit  se muer en une  tourterelle
    Et venir se poser au creux de son épaule
    Taquinant ses cheveux comme par des baisers
    Alors que près de l’eau appuyée contre un saule
    A l’instar de cet arbre, la fillette pleurait
    La tourterelle alors s’abreuva à ses larmes
    Une à une, doucement, elle les étancha
    Et l'enfant étonnée et touchée par le charme
    Se mit à crier : Maman !  Puis elle s’éveilla
    Elle découvrit alors sur sa robe de velours
    Un présent qui pour d’autres eut été peu de chose
    La rémige d’une aile aux couleurs grise et rose
    Que l'on eut dit posée à dessein, par amour
    La mignonne  sourit alors, malgré  ses pleurs
    Elle seule savait, elle seule avait  compris
    Désormais où qu’elle aille une tourterelle amie
     Était là, bien présente, pressée contre son cœur

      

     

    © Dominique


    10 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires