•  

    VANITÉ

     

    VANITE

    Si fière de votre éclat voilà de l’inconscience

    Quelle peine prîtes-vous pour une telle apparence ?

    La nature vous fit dans sa mansuétude

    Offrande de la beauté mais quelle piètre attitude

    Que d’être aussi hautaine, pour avoir hérité

    D‘un si beau privilège sans qu’il fût mérité

    Si la fortune pour vous eût été moins prodigue

    Et ne vous eût donné ce que quiconque brigue

    Qu’elle se soit envers vous montré avaricieuse

    Qu'elle vous fit vilaine, ingrate ou disgracieuse

    Face à ce coup du sort qui se fut redoutable

    Vous ne vous fussiez point considérée coupable ?

    Et à juste raison, vous ne l’eussiez été !

    Il en va voyez vous de même pour la beauté

    Dans les deux cas vous n'êtes en rien décisionnaire

    Acceptez ce présent mais sans pour autant faire

    Preuve d'outrecuidance, preuve de vanité

    Par ailleurs chacun sait que la beauté ne dure

    Et les traits les plus purs subiront flétrissure

    Comme des plus belles fleurs l'on voit l'altération

    La beauté n’est qu’un prêt, elle n'est point un don

    Et comme pour tout prêt qu'un jour l'on peut vous faire

    De la beauté aussi il faudra vous défaire

     

    © Dominique


    votre commentaire
  •  

    CROQUEURS DE MOTS DEFI N° 194

      proposé par  
      LENAIG

    Qui nous dit ceci :   

    Une étonnante photo pour nous inspirer. A nous d'apporter à la photo une belle légende, en prose ou en vers. Une seule contrainte qui joue sur les homonymes  cygne et signe : Inclure dans votre page l'une des trois citations que voici :

    - Les difficultés commencent : c'est le signe de la réussite.  (Marcel Pagnol)

    - A quoi bon avoir un ami, s'il faut lui faire signe pour qu'il regarde, et tout lui dire pour qu'il   comprenne ? ( Rudyard Kipling )

    - La mémoire est faite de tiroirs pratiques qui s'ouvrent ou se ferment pour simplifier notre vie. C'est un signe de médiocrité de vouloir se souvenir de tout. (René-Jean Clot )

    Défi des Crôqueurs de mots n° 194 : Cygne et signe ! Lenaïg à la barre de la quinzaine avec le concours d'Eliane 
     
    IL Y A CYGNE et SIGNE 

    Je m' suis sûrement trompé de chemin en quittant la rive?  Je retrouv' plus le lac dis-donc ! Et pas le moindre signe pour me l'indiquer.

    J’ai entendu dire un jour :  - Les difficultés commencent : c’est le signe de la réussite !

    C'est vraiment pas mon cas ah ben non alors !  Je vais tout d 'même suivre ces drôles d’engins, car de la plupart d’entre eux, des : Allo…. Allo… enthousiastes s'élèvent ; c'est bon signe non ? C’est donc qu’eux aussi s’y rendent  !

     

     © Dominique 


    7 commentaires
  •  

    CROQUEURS DE MOTS DEFI N° 193

      proposé par  
      MARTINE :quaidesrimes

    Qui nous dit ceci : 

     Un écrit, en prose ou en vers, d'un texte ayant pour titre :
    « Ça me fait une belle jambe »
    au sens propre ou celui de l'expression dont l'origine est surprenante.

     

    CROQUEURS DE MOTS  Défi 193:  " Ça me fait une belle jambe "

    Alors que par une impulsion
    Je  sortis ma tête hors de l'onde
     Un  homme à face rubiconde
     Engagea  la conversation :
    Se prétendant altesse sérénissime
    Assurant n'aimer que les rousses
    Et de ses lèvres qu'il retrousse
    Ajoute qu'en homme richissime
    Il  m'offrira  outre son cœur
    Si  je lui accorde faveurs :
    Bijoux, élégantes parures
    De Louboutin  Sacs et Chaussures
    Colliers de perles à plusieurs rangs
    Robes et smokings de Saint-Laurent...
    En fait, Il me propose  la botte
    Présumant que cela me botte
    Pauvre prétentieux impudent
    S'il me voyait entièrement
    Il saurait que son dithyrambe
    Ça me fait une belle jambe !

    CROQUEURS DE MOTS  Défi 193:  " Ça me fait une belle jambe "

     

     © Dominique 

     


    6 commentaires
  •  

    S O N N E T

     

     

    Les Muses

     

    Nées d'une nuit d’amour de Zeus et Mnémosyne

    Vous êtes le symbole, l’incarnation  des arts

    Égéries de l’auteur  même le  plus misogyne   

    Nul ne pourrait créer si vous n’ y preniez part

     

    Quel que soit le domaine musique, art de la rime  

    Pour toute suggestion on fait  appel à vous

    Quand  sous l’inspiration l’esprit alors s’anime

    Le plaisir éprouvé devient tellement doux

     

    Si vous abandonniez chacun de ces artistes

    Vous verriez  aussitôt que sa pensée s’attriste

    Mais quelquefois espiègles, leur état vous amuse

     

    Vous riez de l’humain  et le trouvez bizarre

    Vous vous raillez de lui quand son idée s’égare  

    Car celui-ci  n’est rien lorsque le fuit sa Muse

     

    © Dominique

     

     


    8 commentaires
  • CROQUEURS DE MOTS DEFI N° 191

    proposé par  
    JILL BILL "

    Qui nous dit ceci : 

    Je vous propose une illustration titrée, « Se tuer à la tâche » broder un texte autour, et rajouter en imposé l'un des deux bons mots, celui de Hilton ou de Doris 

    De Paris Hilton  

    On a besoin des animaux, le jaguar pour la voiture, le vison pour sa fourrure et le dindon pour la facture ! 

    De Pierre Doris 

    Je me suis engagé dans la marine le jour où mon père a dit qu'on était sur terre pour travailler dur ! 

     

    " Se tuer à la Tâche"

    10

     

    Voici ce que la photo m'inspire  :

     

    Touchons du bois . . . "

     

    Je me tue à la tâche, raide comme un Bambou,  vous remarquerez;même pas un Peuplier  et si je Frêne mon allure, Genêt plus d'équilibre et je Tremble de voir mon chargement tomber . Marcher par tous les temps,  de cette façon dans la Rhubarbe ! Alors, lorsque mon patron me dit :

    Tâche, si tu ne veux pas avoir de tuiles, que les briques arrivent intactes !

    C’est dur pour un Hêtre savez-vous ? Comment avec ça se porter comme un Charme ? Ce qu’il faut faire pour gagner son Pin tout de même.  Vous allez peut-être me traiter de Saule pleureur, mais ce n’est pas du Bouleau de transporter ces briques sur cette vieille bicyclette dont la Chêne déraille et le Caoutchouc des roues se perce. De plus, bien que les transportant, c’est loin de m’en rapporter des briques allez ! Quelques roupies seulement, de la roupie de sansonnet oui ! Je me dis souvent que je me tue pour des Nèfles, que je suis une une Poire qui se fait presser comme un Citron car malgré ce et n'étant presque Papayer, ma paie, il me faut très souvent l’Amandier comme un pauvre gueux. Laurier-vous fait vous ce métier-là ? Ce n’est pas une vie, savez-vous, si je m’écoutais parfois, je crois que j’ irais me Noyer tenez ! Puis, je me ressaisis et  je me dis que, penser ainsi est un Pêcher. Vous remarquerez que l’on ne voit de moi, que mes jambes, mon bras  et ma manche Kaki, qui dépassent. Si vous pouviez voir mon visage, vous constateriez que je n’ai pas la Banane à ça non alors !  Comment pourrait-on l’avoir lorsqu’on à la Cerise ? Je vous le demande. Ah que n'ai-je écouté mon ami qui un jour m'a dit :

    - Je me suis engagé dans la marine le jour où mon père a dit qu'on était sur terre pour travailler dur !

    Pas encore Cyprès de la retraite, il faut que j'aie la Pêche touchons du bois, si je veux pouvoir enfin goûter  avec Azalée, l'Ananas que j'aime, des jours heureux dans mon Abricotier .

     

     © Dominique

     

     

     

     


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires