•  

     

    CROQUEURS DE MOTS DEFI N° 237

    ZAZA-RAMBETTE 

    Qui nous dit ceci :  

    Jeudi en poésie
    Thème « Espoir ou Espérance »

     

    L' ESPOIR  

    Que serions nous sans  Toi
    Quelles que puissent être nos craintes
    Nos doutes, notre désespérance
    Toi seul peux nous rendre confiance
    S’il n’y avait, cette flamme qui te caractérise

    Toute joie, serait  compromise
    Quelquefois  fragile et tremblante
    Mais parfois si luminescente
    Cette lumière vers laquelle se portent nos regards
    Lorsque  plus rien ne les attire
    Ce sentiment qui fait s’ouvrir la porte de notre cœur
    Quant on la croyait fermée à double tour
    Ce petit morceau de ciel qui
    Teinte de bleu, nos plus sombres pensées
    Cette impulsion, qui nous invite à avancer
    Lorsque l’on se laisserait si facilement choir 
    C’est toi  l’ Espoir !

    Que serions nous  alors
    Sans  l’espoir chevillé au corps ?

     

    © Dominique

     


    10 commentaires
  •  

    " IMPERTINENCE "

     

    Aujourd'hui

     Ce sera envers : 

         SPQR        

      " Les Empereurs Romains "     

     

     

    Les noms écrits en MAJUSCULES sont les Véritables Noms
    d' « EMPEREURS  ROMAINS ».
    Jouer avec des noms fussent-ils, ceux d’Empereurs
    Est-ce si irrespectueux ?
    Si oui, qu’ils veuillent bien me le pardonner.

    N'ont-ils pas eu, eux–mêmes, tellement de choses à se faire pardonner
    Mais là, n’est pas le propos !   

     

    VIGNETTE AUGUSTE

    Lorsque l’on boit beaucoup de VITTELIUS

    L'on a souvent besoin de VESPASIANUS !  

    VIGNETTE AUGUSTE

    Si nous HOTON à CLAUDE la VERUS de son NERON

    Il en devient AUGUSTE !

    VIGNETTE AUGUSTE

    Sage "Pensée" MARC AURELE 

    Que d'avoir écourté le prénom de votre Fils

    Cela fut plus COMMODE  ! *

     VIGNETTE AUGUSTE

    Mon trône est où TRAJAN ?

    Mais tu n'es plus l'Empereur DOMICIEN !

    C'est C'la... Qui l'est ?   NERVA !    

     

    VIGNETTE AUGUSTE

         QUIETUS ? Enfin CESAR, c'est moi MARIUS ton fils ! 

     

    VIGNETTE AUGUSTE

    TIMOLAUS  tira si fort sur sa chaîne qu'il  GALBA le piquet d'attache

    VIGNETTE AUGUSTE

    C'est un OLYBRIUS qui n'a ni DECENCE ni CONSTENCE...

    Pas d'accord TACITE ? Montre toi SEVERE !

     

    VIGNETTE AUGUSTE

     Attends  HADRIEN   GETA  COMMODE !

     

    VIGNETTE AUGUSTE

     

    MAXIMIEN  ! C'est une GALERE un nœud GORDIEN.

     

    VIGNETTE AUGUSTE

     JOVIEN écrivit la missive et JULIEN L'APOSTAT

     

     

     

    © Dominique 

     

     

     

     

    *COMMODE  fut bien le fils de MARC AURELE


    7 commentaires
  •  

    TEMPS - PESTIF

      Nous propose ci-dessous :

    Composez un sizain hétérométrique (strophe de 6 vers de mètres différents) Constitué pour les vers 1,2,4 et 5 d'heptasyllabes (vers de 7 pieds) puis pour les vers 3 et 6 de pentasyllabes (vers de 5 pieds) sur deux rimes disposées de la manière suivante : aabaab. Dans les trois premiers vers glissez le néologisme "rousselune" en évoquant cette trace de l'hiver qui perdure et dans les trois vers suivants célébrez le retour du printemps. Vous obtiendrez ainsi un petit poème que j'appellerais bien tout simplement une "rousselune" 

     

    Ma  Participation 

     

    ROUSSELUNE

     

    Rousselune sur la Lande
    Aux chevelures d’Irlande
    Donna leurs reflets
    La jeunesse en sarabande
    Colliers de fleurs en guirlande

    Printaniers apprêts

    ♦   

    Rousselune tu agrémentes
    Les cotylédons des plantes
    D’un givre létal
    Mais la chaleur bienfaisante

    Diluera compatissante
    Ces larmes de cristal

      

    Rousselune  n’a  pas l’accès
    Aux rosacées, Liliacés
     Qu’un voile protège
    Leur donnant ainsi l’aspect
     De minuscules mariées
    Et de leur cortège
     

     

    © Dominique

     


    7 commentaires
  •   

     LA RONDE DE NUIT de REMBRANDT

    L'OEUVRE DETOURNEE :  La Ronde  De Nuit   de  REMBRANDT

    A vous qui, aujourd'hui au "Rijksmuseum" d’Amsterdam, êtes venus pour voir bon nombre de quidams et notamment ceux-là, sur cette toile nommée " La Ronde de Nuit que vous ne pouvez voir en intégralité car il ne reste de moi qu'une informe silhouette de l’œuvre que Rembrandt sur ma commande a faite en l’an de grâce mille six cent quarante-deux et qui me représente avec mes Mousquetaires cette milice en armes aux mines atrabilaires dont je suis capitaine. Mon nom est Banning Cocq, je figure en son centre fier comme un jeune coq. Je vous demande excuses, si en mon lieu et place, vous ne trouvez que vide au sein de la surface. Peut-être ignorez-vous que dans chaque musée, lorsqu’il est annoncé l'heure des fins de visites et que chaque badaud dehors se précipite ; figés en nos tableaux accrochés aux cimaises, dans les salles désertées nous nous mettons à l’aise. Tous ces êtres étant peints par des maîtres illustres, que les gens viennent voir depuis maints et maints lustres, tous, nous nous animons et nous quittons les toiles, alors que vous humains, sous une voûte d'étoiles, c’est à ce moment-là, que vous endormez. Nous sommes vous et nous, en tous points opposés. Je m'en suis cette nuit, aller faire ma ronde, compte tenu de son titre, n’était-ce pas là logique ?  J'ai rendu une visite à « La guilde des drapiers » hommes au visages austères et les ai salués, chapeau bas, jusqu’à terre. Puis je me suis rendu auprès de "La laitière" de Johannes Vermeer charmante et délicate, elle m'offrit du pain et du lait de sa jatte, ensuite j'ai erré dans l’immense dédale, les talons de mes bottes résonnant sur les dalles, je m'entendis héler avec hilarité  c’était le  "Joyeux Buveur" déjà bien  éméché. Nous avons maintes fois en l'honneur du peintre Hals entrechoqué nos verres d'un breuvage cordial et jusqu’au petit jour trinqué à sa mémoire. J'avoue qu'après cela, la mienne eut bien du mal à retrouver le chemin. De plus ayant vidé moult chopes de bière, j’eu…un besoin pressant à satisfaire et par voie d’enchaînement, je n’ai pu arriver à temps ma place en cette toile qui vous fait face. Vous me voyez contrit ! Vous parlez d'une déveine que de n'avoir pu reprendre la place qui est mienne. Imaginez Messieurs, Dames, pour le Bourgmestre D’Amsterdam que je fus au temps de Rembrandt, que me trouver ainsi hors de mon contexte, cela me vexe et que c'est humiliant. Oserais-je braves gens, vous demander de vous retourner afin que je regagne ma place ? Je n’ai comme vous le voyez que le cadre à enjamber pour remédier à ma disgrâce.

    © Dominique


    6 commentaires
  •  

    CROQUEURS DE MOTS DEFI N° 236

    J A Z Z I

    Qui nous donne :  

    ICI LES CONSIGNES 

    livre | le bon coté des choses 

    Je dois dire en préambule que
    Guy de MAUPASSANT
    Fait partie des écrivains que j'affectionne. 

    Tout ce qui est écrit en "BLEU" correspond à des TITRES de l'œuvre 
    de : Guy de MAUPASSANT

     

     

    " Monsieur De Maupassant"  

     

    Monsieur De Maupassant vous dont, j'admire l'œuvre, «Par un soir de printemps» accompagnée de «Deux amis» « Pierre et Jean » et  avec «Le Papa de Simon», j’étais venue me recueillir  sur votre tombe  dans le cimetière de Montparnasse, où vous reposez depuis le 7 juillet 1893. Je crus voir «La Nuit», au «Clair de lune», une « Apparition » « La Peur » me saisit alors . Ce n’était que «La Femme de Paul» «Madame Baptiste», «Une Veuve» qui dans sa «Solitude» était venue  sur « La Tombe » de son « Petit soldat » faire la « Confession d'une femme» pour «Une aventure parisienne» qu’elle avait eu « Jadis » avec « Le Garde» «Un Normand», un « Jour de fête » pour « Le Mariage du lieutenant Laré». Se remémorer ce «Souvenir» était  pour elle «L' épreuve» mais «L'Aveu», sur les «Conseils d'une grand-mère» «Madame Hermet», face à «Un Portrait» lui fit beaucoup de bien. Elle se souvenait de son époux, «Un sage» lorsque parlant d’elle il disait: «Ma Femme»!  Elle se souvenait également de leur «Voyage de noces» de leurs «Mots d’Amour», «Les Caresses» ; ils avaient vécu «Une Passion » « Une Vie» c’était « Le bonheur » «Une Histoire Vraie» ! 

    L’ «Idylle» avec «Ce Cochon de Morin » qu’elle imagina être sont « Bel-Ami » fut brève mais elle, «La bécasse» fut la proie de sa « Rouerie » il tomba «Le Masque » «Un Soir» «Aux champs». Ce fut bien «Le Diable»  qui la jeta «Au Printemps» «Au bord du lit» dans «La chambre 11» de «La Maison Tellier» pas «L’ Amour». Elle se souvenait encore de leur «Rencontre» elle savait elle, que c’était « Un cas de divorce » «Un drame vrai», dont elle garderait «L’horrible» «Regret» .

     


    15 commentaires