•  

     

    Liste des prénoms du mercredi

    CHEZ JILL BILL 

     

     PHILIBERT   

    Qui se souvient encore du regretté Jacques BODOIN
    Qui prêta sa voix à de multiples personnages  dont le gourmand et souvent grognon chien "so british" POLLUX ?  

    Mais qui  également se souvient de son personnage :
    PHILIBERT
    L'Indécrottable cancre qu'il campait avec truculence

    C'est donc ce PHILIBERT là, où plus précisément celui qui lui prêta sa voix et le créa que je mets aujourd'hui à l'honneur 

     

     Voici donc :
    "PHILIBERT le cancre et l'enseignement" 

     

     

     

     Dominique

                                           

     


    7 commentaires
  •  

    CROQUEURS DE MOTS DEFI N° 237

    ZAZA-RAMBETTE 

    Qui nous dit ceci :  

    Et si vous m’écriviez un petit texte avec le maximum d’anagrammes
    de « CHAUVE-SOURIS »

     

    En allant à l'Ecole . . .

     

    Les enfants, pour se rendre à l’école, traversèrent le bois, abritant de nombreuses sources. Ils passèrent à gué le ruisseau en chantant en chœurs. Oscar, l’un d’entre eux, fils d’un vacher, que l’on surnommait petit rousseau tant ses cheveux étaient cuivrés, se porta au secours d’un souriceau. Il œuvra à sa survie,  le hissa, le secoua, le sécha avec un pan de sa chemise en viscose, puis le sécurisa tant il avait de cœur; sans se soucier de sa chaussure de cuir qui avait été cousue en raison de l’usure et n’avait pas survécu aux souches. Il eut du mal à suivre ses copains et ses sœurs qu’il tenta de rejoindre au pas de course ; il  sauta la haie avec aisance ,ce qui dérangea une araignée posée sur sa "rosace", et  fit fuir une hase et quelques oies.  Il arriva à l’école en sueurs. Une fois dans la cour, il s'achemina vers la coursive menant à sa classe et alla s’asseoir, sur sa chaise. Ce retardataire hérissa l’instituteur qui, les bras croisés ne  le cria pas se contentant d’ hausser  les épaules plutôt que de sévir. Le garçon ahuri, ouvrit son casier qu'il avait aménagé et, après y avoir sorti l’un de ses cahiers, ravi qu’il ait survécu, il y déposa le bébé souris qui se retrouve alors avec des biscuits que, vorace il savoure pour assouvir sa faim. Tandis que le garçonnet d’un écriture cursive écrivit, dictés par l'instituteur chauve, des mots tels que : Auchoises, housserai, souscrive etc... Relatifs à un exercice qu'il ne révisa pas. Comment eût-il pu savoir ?

     

    © Dominique


    7 commentaires
  •  

     

    CROQUEURS DE MOTS DEFI N° 237

    ZAZA-RAMBETTE 

    Qui nous dit ceci :  

    Jeudi en poésie
    Thème « Espoir ou Espérance »

     

    L' ESPOIR  

    Que serions nous sans  Toi
    Quelles que puissent être nos craintes
    Nos doutes, notre désespérance
    Toi seul peux nous rendre confiance
    S’il n’y avait, cette flamme qui te caractérise

    Toute joie, serait  compromise
    Quelquefois  fragile et tremblante
    Mais parfois si luminescente
    Cette lumière vers laquelle se portent nos regards
    Lorsque  plus rien ne les attire
    Ce sentiment qui fait s’ouvrir la porte de notre cœur
    Quant on la croyait fermée à double tour
    Ce petit morceau de ciel qui
    Teinte de bleu, nos plus sombres pensées
    Cette impulsion, qui nous invite à avancer
    Lorsque l’on se laisserait si facilement choir 
    C’est toi  l’ Espoir !

    Que serions nous  alors
    Sans  l’espoir chevillé au corps ?

     

    © Dominique

     


    10 commentaires
  •  

    TEMPS - PESTIF

      Nous propose ci-dessous :

    Composez un sizain hétérométrique (strophe de 6 vers de mètres différents) Constitué pour les vers 1,2,4 et 5 d'heptasyllabes (vers de 7 pieds) puis pour les vers 3 et 6 de pentasyllabes (vers de 5 pieds) sur deux rimes disposées de la manière suivante : aabaab. Dans les trois premiers vers glissez le néologisme "rousselune" en évoquant cette trace de l'hiver qui perdure et dans les trois vers suivants célébrez le retour du printemps. Vous obtiendrez ainsi un petit poème que j'appellerais bien tout simplement une "rousselune" 

     

    Ma  Participation 

     

    ROUSSELUNE

     

    Rousselune sur la Lande
    Aux chevelures d’Irlande
    Donna leurs reflets
    La jeunesse en sarabande
    Colliers de fleurs en guirlande

    Printaniers apprêts

    ♦   

    Rousselune tu agrémentes
    Les cotylédons des plantes
    D’un givre létal
    Mais la chaleur bienfaisante

    Diluera compatissante
    Ces larmes de cristal

      

    Rousselune  n’a  pas l’accès
    Aux rosacées, Liliacés
     Qu’un voile protège
    Leur donnant ainsi l’aspect
     De minuscules mariées
    Et de leur cortège
     

     

    © Dominique

     


    7 commentaires
  •  

    CROQUEURS DE MOTS DEFI N° 236

    J A Z Z I

    Qui nous donne :  

    ICI LES CONSIGNES 

    livre | le bon coté des choses 

    Je dois dire en préambule que
    Guy de MAUPASSANT
    Fait partie des écrivains que j'affectionne. 

    Tout ce qui est écrit en "BLEU" correspond à des TITRES de l'œuvre 
    de : Guy de MAUPASSANT

     

     

    " Monsieur De Maupassant"  

     

    Monsieur De Maupassant vous dont, j'admire l'œuvre, «Par un soir de printemps» accompagnée de «Deux amis» « Pierre et Jean » et  avec «Le Papa de Simon», j’étais venue me recueillir  sur votre tombe  dans le cimetière de Montparnasse, où vous reposez depuis le 7 juillet 1893. Je crus voir «La Nuit», au «Clair de lune», une « Apparition » « La Peur » me saisit alors . Ce n’était que «La Femme de Paul» «Madame Baptiste», «Une Veuve» qui dans sa «Solitude» était venue  sur « La Tombe » de son « Petit soldat » faire la « Confession d'une femme» pour «Une aventure parisienne» qu’elle avait eu « Jadis » avec « Le Garde» «Un Normand», un « Jour de fête » pour « Le Mariage du lieutenant Laré». Se remémorer ce «Souvenir» était  pour elle «L' épreuve» mais «L'Aveu», sur les «Conseils d'une grand-mère» «Madame Hermet», face à «Un Portrait» lui fit beaucoup de bien. Elle se souvenait de son époux, «Un sage» lorsque parlant d’elle il disait: «Ma Femme»!  Elle se souvenait également de leur «Voyage de noces» de leurs «Mots d’Amour», «Les Caresses» ; ils avaient vécu «Une Passion » « Une Vie» c’était « Le bonheur » «Une Histoire Vraie» ! 

    L’ «Idylle» avec «Ce Cochon de Morin » qu’elle imagina être sont « Bel-Ami » fut brève mais elle, «La bécasse» fut la proie de sa « Rouerie » il tomba «Le Masque » «Un Soir» «Aux champs». Ce fut bien «Le Diable»  qui la jeta «Au Printemps» «Au bord du lit» dans «La chambre 11» de «La Maison Tellier» pas «L’ Amour». Elle se souvenait encore de leur «Rencontre» elle savait elle, que c’était « Un cas de divorce » «Un drame vrai», dont elle garderait «L’horrible» «Regret» .

     


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique