•  

    LOGO-COUR-DE-RECRE-de-JILL.jpg

    La Cour de Récré de JB

    Prénom du jour :

    Zélie 

                                                       Résultat d’images pour zélie MARTIN

         Zélie  MARTIN 

                                                   

    Concernant le prénom Zélie, je voudrais aujourd’hui, rendre hommage à une personne dont d’aucuns ont entendu parler, j'en suis persuadée et de laquelle, sans en être plus ou moins conscient, tout le monde, " connaît " l’une des filles.

    Cette personne, c'est Zélie Martin, née Guérin le 23 décembre 1831 à Gandelain dans l'Orne.

    Zélie a treize ans, lorsque sa famille s'installe à Alençon, ville dans laquelle en 1853, alors qu'elle à  vingt-deux ans et qu'elle est devenue une dentellière accomplie dans le point d'Alençon, Zélie ouvre avec sa sœur Marie-Louise, de deux ans son aînée, une boutique de dentellerie, mais bien vite elle l'exploitera seule, sa sœur étant entrée au couvent.

    Le 12 juillet 1858, Zélie épouse Louis Martin, horloger de son état. Dans les quatorze premières années de leur vie commune, le couple, aura neuf enfants (Sept filles et deux garçons) mais la mortalité infantile étant des plus fréquentes à cette époque, ils en perdent quatre en bas âge. Malgré une maladie naissante et des deuils répétés, Zélie se dévoue corps et âme à ses enfants, à son époux et à son entreprise devenue florissante. Fervent Chrétien, ce couple est d’une piété exemplaire. Zélie dit en parlant de Louis :

    « - C’est un saint homme que mon mari, j’en désire un pareil à toute les femmes ».

    Elle accouche le 2 janvier 1873 de sa dernière fille, dont elle ne profitera que quatre années seulement, car Zélie décède d’un cancer du sein le 28 août 1877.

    Cette petite fille devenue orpheline à quatre ans et demie et qui se nommait Thérèse MARTIN n’est autre que :

    « Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus »

    Dont le livre qu’elle écrivit, « Histoire d’une Ame » fut publié peu de temps après son décès et se vendit, à plus de cinq cent millions d’exemplaires.

    Ma cousine et Marraine qui hélas n’est plus de ce monde, que j'adorais et que j'adore, a toujours eu une grande dévotion pour « Sainte Thérèse ». Elle m’offrit un jour, un de ces exemplaires et m’apprit à aimer, comme Elle-même l’aima  « Ste Thérèse » que l’on considère comme étant l’une des plus grandes saintes du XIX siècle et qui fut proclamée en 1997 par Jean Paul II « Docteur de l’Eglise ». Ma Marraine m’apprit en même temps, à connaître la vie de Zélie et de Louis MARTIN et également à les aimer.

    Proclamés bienheureux le dimanche 19 octobre 2008, Zélie et Louis Martin furent tous deux canonisés le 18 octobre 2015 après deux guérisons miraculeuses, en Italie et en Espagne, attribuées à leur intercession.   Ils sont à ce jour, les premiers époux et parents à l’être.

     

    Prénom : Zélie

    Reliquaire de Mme et  Mr Zélie et Louis Martin
    Dans la crypte de la Basilique  Ste Thérèse à LISIEUX    

     

     

     © Dominique


    13 commentaires
  •    

             PEINTURE SUR ARDOISE 

     

             La Corse

     

     

     

    © Dominique


    11 commentaires
  •  

            UNE VISITE AU LOUVRE         

     En cette année du 500 ème Anniversaire de la mort de

     LEONARD DE VINCI 

    (1452-1519) 

    DEFI 125 : Une Visite au LOUVRE

    J'avais arpenté le Louvre durant trois bonnes heures, allant de niveau en niveau, d'aile en aile,  jusqu'à celle de Richelieu. Ah pour un riche lieu, le musée du Louvre certes l'était indéniablement. Malgré les signes de désapprobation qu' exprimèrent  à ce moment là mes pieds, je ne pus me résoudre à quitter le Louvre, sans revoir "La Joconde". A cette heure proche de la fermeture, je l'eus, si je puis dire, tout à moi. Je m'asseyais sur une petite banquette prévue à cet effet, reposant mes douloureux ripatons et j'observais cette œuvre de Léonard De Vinci, que tout un chacun, s'il ne l'a jamais vue, à tendance à croire plus grande qu'elle n'est en réalité. C'est alors que je crus entendre une interjection qui m'était adressée. Je regardais autour de moi, mais il n'y avait personne. Pourtant je perçus encore cet impérieux: Hé !  A ma grande stupéfaction, je m'aperçus alors que celui-ci émanait de Mona Lisa herself. Jugeant de mon étonnement, elle me fit un clin d'œil en levant un bras en signe de salut. Médusée, je m'approchais  lentement du tableau et la "Gioconda" me dit alors:

     

    - Mi  scusio vi ho fatto paura ? 
     (Je m'excuse, je vous ai fait peur ? )

     

    -Si,Si, molto ! Ma parlatemi piuttosto in francese, volete ? 
     (Oui, oui, beaucoup ! Mais parlez-moi plutôt en français, voulez-vous ? )
     
    -Sono desolata  mi credo sempre a Firenze !   
    (Je suis désolée, je me crois toujours à Florence !)

     

    -Dites-moi ! En quelle année sommes-nous ? Je sais seulement que je suis accrochée là depuis le XVIII è siècle, nonobstant mes nombreux voyages à travers le monde et, je vous avoue que je languis de ma Toscane natale.  

     

    - Nous sommes en 2019 Madame  Gherardini*  !  

     

     - Oh merci de m'appeler par mon patronyme cela fait si longtemps que personne ne l'a fait, mais appelez-moi Lisa, je vous en prie. Je vous avoue ne plus supporter cette foule qui me dévisage sans discontinuer et qui émet des appréciations plus ou moins désobligeantes  à mon endroit. Jusqu'à dire le croiriez-vous ? Que j'étais un homme. Si, Si è vero ! Pardon oui,oui, c'est vrai !

     

     - Eh bien Lisa vous m'en voyez navrée et croyez bien que si je pouvais vous aider de quelque façon que ce soit, se serait avec grand plaisir. Cependant que  pourrais-je faire ?

     

    -Toutes sortes d'individus viennent me voir de l'esthète au simple badaud et dernièrement, j'ai entendu l'un d'entre eux parler d'un certain Léonardo di Caprio. Vous n'êtes pas sans savoir que mon Léonardo était originaire de Vinci, d'où le nom qu'il prit et qui le rendit tellement célèbre et, comme Léonardo savait tout faire et que son imagination était sans limite, je me suis dit que peut être...il avait trouvé le moyen de traverser les siècles et qu'il vivait à votre époque à Capri d'où son nouveau nom  Di Caprio ! Connaissait-vous ce Léonardo Di Caprio ?

     

    - Oui et non Lisa ! Comment vous dire... ? Cela est difficile à expliquer. Léonardo di Caprio est assez célèbre il est vrai, mais certainement pas autant que le vôtre je peux vous l'assurer et, croyez bien, que sa notoriété ne traversera aucunement les siècles. Du reste pour l'anecdote, son prénom lui fut donné en hommage à vôtre Léonardo. Vous devez-être flattée ?

     

    - Flattée ? Pas le moins du monde ! Déçue oui,terriblement déçue. Imaginez ; j'éspérais que ce Di Caprio  était  Da Vinci vivant encore  et je pensais alors, pouvoir vous le faire contacter afin qu'il puisse venir un soir incognito, m'effacer de ce support de bois en peignant une autre œuvre à ma place. J' aurai pu ainsi me fondre, c'est bien le mot n'est-ce pas ? Et quitter à jamais cette prison dorée et voila que j'apprends qu'il n'en est rien !  

     

    - Je comprends votre déception Lisa, mais peut-être que Léonardo Da Vinci n'a pas livré tous ses secrets, et qu'avec le temps, les pigments qui vous composent s'effaceront d'eux - mêmes et en attendant, si je peux me permettre, réjouissez-vous d'une telle célébrité, si vous saviez ce que seraient prêtes à faire certaines personnes en ce siècle  pour avoir ne fut-ce qu'un quart d'heure de celle-ci.

     

    Qu'aurais-je pu lui dire d'autre? Elle me remercia et ses lèvres esquissèrent de nouveau, ce sourire que d'aucuns qualifient d'énigmatique et qui n'était, je le compris alors, que désenchanté.

     

     

     

    © Dominique

     

     

    * Lisa  Gherardini (dite: Mona Lisa ) serait le véritable nom de l'épouse de Frescesco del Giocondo.


    5 commentaires
  •  

          « LA MADONE et  L' ENFANT »          

     

    Mes Aquarelles : " La Vierge à l' Enfant"

    D'après une œuvre

    De  Giovanni Battista Salvi  (1605-1685)

     

    © Dominique


    9 commentaires
  •  

    L' ABECEDAIRE DES ANIMAUX DU MONDE   "D "

    Proposé par  VIOLETTE

     

                                   
           

     

    DHOLE

    Le DHOLE est un mammifère carnivore qui appartient à la famille des CANIDES. Il est du genre CUON ( oui j’ai bien vérifié de n’avoir pas omis la lettre « U ») C’eut été malencontreux et pas Dhole du tout et de plus, très offensant pour ce mignon animal « entre chien et loup » qui vit en Asie et en Russie. D’environ quatre-vingt cm de haut pour cinquante cm de large, juste un peu moins que sa queue qui en mesure quarante et se termine en panache noir. Il possède quarante dents. Il doit être certainement sociable puisqu’il aime vivre en communauté de pas moins de quarante congénères. ( Là j’aurais pu rajouter la lettre « U » supprimée plus pour haut pour soutenir son genre, mais alors c’eut été une faute de français) Le nombre quarante semble vraiment lui seoir !

     

    © Dominique

                                            Description de cette image, également commentée ci-après
    Dhole (Cuon alpinus)

    9 commentaires